Syrie : l'Union européenne n'exclut plus des sanctions envers Moscou

le
0
Syrie : l'Union européenne n'exclut plus des sanctions envers Moscou
Syrie : l'Union européenne n'exclut plus des sanctions envers Moscou

Le ton s'est durci en quelques jours. Dénonçant les bombardements meurtriers du régime syrien et de son allié russe sur les quartiers rebelles d'Alep depuis le 22 septembre, les pays de l'Union européenne, qui se réunissent à Bruxelles jeudi soir, envisagent «toutes les options y compris des sanctions» contre le pouvoir de Damas et ses soutiens dont Moscou. Jeudi après-midi, la Russie a accepté de prolonger jusqu'à samedi soir une «pause humanitaire» à Alep, comme l'avait promis auparavant l'armée syrienne.

 

Dès mercredi soir, la chancelière allemande et le président français ont brandi la menace de sanctions contre Moscou, à l'issue d'une réunion à Berlin avec le président russe Vladimir Poutine. A son arrivée à Bruxelles, Angela Merkel a souligné que ce qui se passait à Alep «avec le soutien de la Russie» était «inhumain à l'égard de la population qui vit sur place», appelant à oeuvrer pour un cessez-le-feu «de longue durée».

 

François Hollande : «Toutes les options sont ouvertes»

 

Quelques minutes plus tard, François Hollande a déclaré : «Toutes les options sont ouvertes dès lors qu'il n'y aurait pas de trêve qui serait respectée (à Alep) et dès lors qu'il y aurait cette volonté d'écraser une ville, Alep, une ville martyre». «Aujourd'hui, la priorité, c'est de prolonger la trêve», a-t-il souligné.

 

 

"Toutes les options sont ouvertes dès lors qu'il n'y aurait pas de trêve qui serait respectée"-@fhollande #Syrie #EUCO #Russie pic.twitter.com/5MUMvefLEf

— La France dans l'UE (@RPFranceUE) 20 octobre 2016

 

 

"Hier nous avons fait pression avec Angela Merkel pour que Vladimir Poutine fasse la trêve et arrête les bombardements"#Syrie #EUCO #Russie pic.twitter.com/rXfrO8BAA3

— La France dans l'UE (@RPFranceUE) 20 octobre 2016

 

 

«Un ton plus dur, plus ferme»

 

Lundi à Luxembourg, les 28 ministres des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant