Syrie : l'opposition anti-Bachar poussée à se rendre à Genève 2

le
1
Syrie : l'opposition anti-Bachar poussée à se rendre à Genève 2
Syrie : l'opposition anti-Bachar poussée à se rendre à Genève 2

Le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius estime, dimanche, que la conférence internationale de paix en Syrie, dite Genève 2, prévue dans dix jours en Suisse, doit «se réunir et réussir» alors que la participation de l'opposition reste incertaine. «Il importe que Genève 2 se réunisse. Il n'y a pas d'autre solution au drame syrien que la solution politique», a affirmé le chef de la diplomatie française, à l'issue d'une réunion à Paris des Amis de la Syrie, onze pays soutenant l'opposition syrienne. Il s'agit de la Grande-Bretagne, Allemagne, Italie, France, Arabie saoudite, Emirats arabes unis, Qatar, Egypte, Jordanie, Etats-Unis, Turquie.

«Nous demandons instamment à la Coalition nationale de répondre positivement à l'invitation à former la délégation de l'opposition syrienne, envoyée par le Secrétaire général des Nations Unies», ont soutenu les onze pays.

700 morts en 10 jours

Alors les Amis de la Syrie exhortent la coalition anti régime de Damas a aller à la réunion de Genève, le président de cette même coalition a rétorqué que l'avenir de la Syrie se fera sans Bachar al-Assad. Ahmad Jarba a déclaré que les Amis de la Syrie étaient « tous d'accord pour dire qu'il n'y a pas d'avenir pour Bachar al-Assad et pour sa famille en Syrie». Il a qualifié d'«inexorable» le départ du chef d'Etat syrien. Mais il n'a pas précisé si l'opposition allait participer ou non à la conférence de paix prévue en Suisse, à l'initiative de l'ONU.

Pendant ce temps, les féroces combats opposant les jihadistes aux rebelles, en majorité islamistes, dans le nord de la Syrie, ont fait en neuf jours près de 700 morts et des centaines de disparus, selon une ONG. Plusieurs coalitions de rebelles, majoritairement islamistes, exaspérées par la brutalité et la volonté d'hégémonie de l'EIIL, ont retourné le 3 janvier leurs armes contre leurs anciens alliés dans la lutte contre le régime, les chassant ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Berg690 le dimanche 12 jan 2014 à 21:30

    Tu m'étonnes l'opposition n'a rien à négocier. Elle n'existe que dans l'esprit de Fabius.