Syrie : l'ONU accuse Damas et Daech d'attaques chimiques

le
0
Syrie : l'ONU accuse Damas et Daech d'attaques chimiques
Syrie : l'ONU accuse Damas et Daech d'attaques chimiques

L'armée syrienne a mené deux attaques chimiques contre des localités de la province syrienne d'Idlib, à Talmenes le 21 avril 2014 et Sarmin 16 mars 2015. Daech a de son côté utilisé du gaz moutarde à Marea (nord de la Syrie) le 21 août 2015. Telles sont les conclusions rendues mercredi par les enquêteurs mandatés par l'ONU.

 

Ce rapport de 95 pages, que l'AFP a pu consulter, est le fruit d'une année d'enquête. Il a été transmis mercredi au Conseil de sécurité de l'ONU qui doit en débattre le 30 août. De précédents rapports  avaient confirmé l'utilisation d'armes chimiques dans la guerre en Syrie mais sans attribuer de responsabilité précise.

Au total, les enquêteurs se sont penchés sur neuf attaques chimiques présumées en 2014 et 2015. Mais pour six d'entre elles, attribuées par les Occidentaux au régime de Bachar al-Assad, ils n'ont pas pu recueillir des «informations suffisantes», ou celles-ci étaient contradictoires.

 

En revanche, à Talmenes le 21 avril 2015, un hélicoptère des forces armées syriennes a largué un engin qui a répandu «une substance toxique», probablement du gaz de chlore contenu dans un baril explosif, ont conclu les enquêteurs, estimant disposer «d'informations suffisantes». «Un grand nombre» de civils ont été affectés par cette attaque. Le même scénario s'est répété le 16 mars 2015 à Sarmin, où les six occupants d'une maison ont été tués.

 

A Marea le 21 août 2015, «il y a assez d'informations disponibles pour conclure que le groupe Etat islamique était la seule entité capable d'utiliser du gaz moutarde et motivée pour le faire», notent les enquêteurs.

 

Les Occidentaux réclament des sanctions

 

Le Conseil de sécurité a menacé de prendre des sanctions une fois les responsables identifiés de manière catégorique. La Maison Blanche a affirmé mercredi qu'il était à présent «impossible de nier «que le régime syrien a fait usage de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant