Syrie-L'Iran subit des pertes, la trêve prolongée à Alep

le
0
    par Bozorgmehr Sharafedin 
    DUBAI, 7 mai (Reuters) - Treize soldats iraniens ont été 
tués dans des affrontements contre des combattants islamistes 
dans un village situé près d'Alep où la trêve a été prolongée 
jusqu'à lundi, a annoncé samedi l'agence Fars. 
    Les pertes subies par les Iraniens sont les plus lourdes en 
accusées l'espace d'une seule journée par les soldats de la 
République islamique depuis qu'ils ont été envoyés en Syrie pour 
soutenir le régime de Bachar al Assad.  
    Les combattants islamistes se sont emparés vendredi du 
village de Khan Touman, à une quinzaine de kilomètres au 
sud-ouest d'Alep après des combats qui ont fait des dizaines de 
victimes. 
    L'offensive a été lancée par une alliance de combattants 
islamistes connue sous le nom de "Djaïch al Fatah", qui comprend 
des unités du Front al Nosra, l'émanation syrienne d'Al Qaïda. 
    Selon l'agence de presse iranienne Fars, 13 conseillers 
militaires iraniens ont péri dans les combats et 21 autres ont 
été blessés. 
    Djaïch al Fatah et des groupes affiliés ont diffusé des 
photos et des vidéos de corps présentés comme appartenant à des 
soldats iraniens ou des miliciens chiites tués à Khan Touman. 
Elles montrent notamment des documents personnels et des devises 
iraniennes. 
    L'un des conseillers du guide suprême de la Révolution, 
l'ayatollah Ali Khameneï, a déclaré samedi à Damas que Téhéran 
continuerait de soutenir Bachar Al Assad. 
    "L'Iran utilisera tous les moyens à sa disposition pour 
combattre les terroristes qui commettent des crimes dans la 
région", a déclaré Ali Akbar Velayati, conseiller d'Ali Khameneï 
pour les Affaires internationales, cité par l'agence Fars. 
    Les soldats iraniens sont impliqués dans la campagne lancée 
par les forces gouvernementales à Alep, ancien poumon de 
l'économie syrienne et désormais scindée en deux parties, l'une 
contrôlée par le régime, l'autre par les rebelles. 
    Le cessez-le-feu en vigueur dans la ville n'a pas empêché la 
violence de se poursuivre dans les environs de la ville, à Khan 
Touman notamment, où les avions gouvernementaux et ceux des 
forces russes ont intensifié le bombardement des positions 
rebelles, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme. 
    Le ministère russe de la Défense a toutefois déclaré samedi 
matin que le "régime de calme" qu prévaut dans la ville syrienne 
d'Alep ainsi que dans certaines régions de la province de 
Lattaquié avait été prolongé de 72 heures.   
    Dans le nord de la Syrie, une série de frappes aériennes 
menées par la coalition conduite par les Etats-Unis ont tué 
samedi 48 combattants islamistes, selon l'agence officielle 
turque Anadolu qui cite des sources militaires turques. 
  
    A la frontière turco-syrienne, la ville turque de Kilis a de 
son côté été une nouvelle fois visée par un tir de roquette en 
provenance de territoires contrôlés par l'organisation Etat 
islamique. 
 
 (Nicolas Delame pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant