Syrie : l'Iran menace les Etats-Unis en cas d'intervention militaire

le
0
Syrie : l'Iran menace les Etats-Unis en cas d'intervention militaire
Syrie : l'Iran menace les Etats-Unis en cas d'intervention militaire

Alors que les Etats-Unis semblent se préparer à une intervention militaire contre le régime syrien, l'allié iranien de Bachar al-Assad met en garde Washington. Ce dimanche, un haut commandant des forces armées iraniennes, le commandant Massoud Jazayeri, menace de «dures conséquences» les Américains s'ils décidaient à franchir la «ligne rouge» en Syrie. Un détournement visiblement assumé de l'expression du président Barack Obama au sujet de l'éventuelle utilisation d'armes chimiques contre les rebelles.

Un an jour pour jour avant l'attaque meurtrière, mercredi, de sites rebelles près de Damas, le président américain avait en effet prévenu le régime de Bachar al-Assad qu'il ne tolèrerait pas un dépassement de la «ligne rouge». Dans sa bouche, l'expression signifiait alors l'utilisation d'armes neurotoxiques tel le gaz sarin, soupçonné d'avoir décimé plus de 1 300 syriens cette semaine.

Ce week-end, l'association Médecins sans frontières a reconnu les symptômes d'un tel procédé après avoir consulté les praticiens sur place. Nombre d'experts soupçonnent également l'utilisation d'armes chimiques, au vu des vidéos du raid. Et après plusieurs jours de grande prudence, la France a finalement osé cibler pour la première fois la responsabilité du régime de Bachar al-Assad samedi, ainsi que l'utilisation probable de gaz toxique.

Les Etats-Unis «prêts à agir»

Dans le même temps, les Etats-Unis ont renforcé leur présence militaire en Méditerranée en y envoyant un navire destroyer de plus, équipé de missiles Tomahawk. Le président a également réuni son équipe de sécurité et, ce dimanche, le secrétaire à la Défense Chuck Hagel a fait savoir que les forces américaines étaient prêtes à agir contre le régime syrien. Il a toutefois souligné que Washington était toujours en train d'évaluer ses options : «Nous avons préparé toutes les options, s'il [Barack Obama, ndlr] décidait de choisir l'une ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant