Syrie : l'ex-vice premier ministre se confie

le
0
INTERVIEW - En charge des questions économiques, Qadri Jamil a été démis de ses fonctions pour avoir rencontré un officiel américain à Genève. Depuis Moscou, où il s'est replié, il a répondu au Figaro .

LE FIGARO - Vous avez rencontré le 26 octobre à Genève Robert Ford, le responsable du dossier Syrie au Département d'État américain. Que lui avez-vous dit?

QADRI JAMIL - Je lui ai dit qu'en tant que membre du Front pour le Changement et la Libération, créé après la révolte du printemps 2011, j'insiste pour participer avec l'opposition à la conférence de Genève, fin novembre (qui doit lancer la transition, ndlr). J'ai essayé de lui faire comprendre que j'étais opposant avant d'entrer au gouvernement à l'été 2012, que je le suis resté tout en étant ministre. Et que je resterai opposant après ma sortie du gouvernement. Je suis dans une opposition constante au régime. Robert Ford n'a rien décidé, mais il m'a compris. J'a...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant