Syrie : l'ex-médiateur de l'ONU prédit une «deuxième Somalie»

le
0
Syrie : l'ex-médiateur de l'ONU prédit une «deuxième Somalie»
Syrie : l'ex-médiateur de l'ONU prédit une «deuxième Somalie»

Alors que Washington estime ce mardi que les jihadistes de l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL), qui se sont emparés de la province de Ninive et de son chef-lieu Mossoul, dans le nord de l'Irak, menacent toute la région, l'ex-médiateur de l'ONU en Syrie Lakhdar Brahimi met en garde contre une «deuxième Somalie» en Syrie. Et de pointer du doigt, lui aussi, le groupe radical sunnite l'Etat islamique en Irak et au Levant: «EIIL est actif en Syrie et en Irak. La Jordanie peine déjà à tenir bon, c'est la même chose pour la Turquie. Ces trois derniers mois les combattants de EIIL ont perpétré 100 attentats en Syrie et 1.000 en Irak». Le diplomate a également mis en garde les gouvernements occidentaux contre les risques que comportait cette guerre pour eux: «Il y a 500 à 600 Français, en gros le même nombre de Britanniques. Des milliers de non ressortissants syriens combattent là-bas».

Et de lancer : «Mon dieu ! Tous ces gens qui se font former en Syrie et croient qu'ils ont pour mission d'ériger un Etat islamique dans le monde. C'est une assez grande menace pour vous, pas vrai ?».

D'après Lakhdar Brahimi, si aucune solution n'est trouvée pour mettre fin à ce conflit qui dure depuis 2011, ce serait une «explosion de toute la région» autour. Dans un entretien paru le week-end dernier dans l'hebdomadaire allemand «Der Spiegel», le diplomate le dit clairement : la Syrie va devenir «une deuxième Somalie. On ne va pas assister à une scission du pays, comme beaucoup le prédisent, mais la Syrie va devenir un Etat en déliquescence, où règnent des seigneurs de guerre». Brahimi fait allusion aux différents jihadistes venus mener la guerre dans plusieurs régions du pays.

«A long terme, toute la région va exploser, si aucune solution n'est trouvée. Ce conflit ne reste pas limité à la Syrie, il déstabilise déjà le Liban», a dit Lakhdar Brahimi, qui a démissionné en mai dernier de sa mission après moins de deux ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant