Syrie : l'évacuation de la Vieille ville de Homs s'achève

le
0
Syrie : l'évacuation de la Vieille ville de Homs s'achève
Syrie : l'évacuation de la Vieille ville de Homs s'achève

L'évacuation des rebelles de la Vieille ville de Homs, assiégée depuis deux ans par les troupes du régime syrien, doit s'achever jeudi au terme d'un accord inédit entre protagonistes. Dans cette ville, la troisième de Syrie, où l'insurrection avait été lancée en 2011, «80% des rebelles» ont quitté leur fief, selon le gouverneur de la province, Talal al-Barazi. Au moins «980 personnes, en grande majorité des rebelles et quelques civils, dont des femmes et des enfants sont sortis mercredi» à bord de 24 bus, a-t-il précisé, indiquant que les «20% restants -entre 300 et 400 personnes- seront évacués jeudi».

En fin de matinée l'évacuation n'avait pas encore eu lieu. La télévision a montré des images d'immeubles détruits à l'entrée de la Vieille ville où flotte le drapeau syrien. Les convois transportant les évacués se sont rendus à Dar al-Kabira, une ville rebelle à une vingtaine de kilomètres plus au nord dans la province de Homs, où les insurgés ont encore une poignée de bastions. Avec l'évacuation totale de la Vieille ville, il ne restera plus de rebelles que dans le quartier de Waer. «A Waer, les choses seront plus faciles et dans les prochaines semaines, on annoncera de nouveaux accords», a indiqué le gouverneur.

L'accord de Homs est le premier qui stipule un retrait des rebelles d'une zone qu'ils contrôlent, depuis le début, en mars 2011, du conflit en Syrie déclenché par une contestation populaire rapidement réprimée. L'importance stratégique de la prise de Homs tient au fait qu'elle relie Damas à l'ouest littoral, au nord du Liban, et au nord du pays. Cette nouvelle victoire du régime survient à un mois de la présidentielle du 3 juin lors de laquelle Bachar al-Assad brigue un 3e mandat.

L'hôtel Carlton d'Alep détruit

Autre symbole : à Alep, au nord du pays, les rebelles syriens ont fait exploser jeudi le célèbre hôtel Carlton, occupé depuis le début du conflit par des soldats de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant