Syrie : l'Europe et les USA annoncent plus de sanctions

le
0
Alors que la situation est bloquée à l'ONU, l'indignation internationale s'accroît face à la répression du régime d'el-Assad. La Tunisie tente de convaincre d'autres pays arabes de rappeler leurs ambassadeurs.
• Moscou et Pékin justifient leur veto à l'ONU

Malgré la mort de nombreux civils à Homs la nuit précédent le vote, le Conseil de sécurité réuni samedi n'est pas parvenu à voter une résolution condamnant la répression sanglante en Syrie. Damas a de nouveau pu compter sur le soutien de ses alliés russe et chinois, qui ont pour la deuxième fois opposé leur veto à un tel projet. Le texte, soutenu par les 13 autres pays du Conseil, exprimait un «soutien» au plan de règlement de la Ligue arabe et dénonçait les violations des droits de l'homme commises par le régime de Bachar el-Assad.

Le projet avait pourtant été édulcoré cette semaine pour satisfaire les Russes. Le nouveau texte supprimait la question du départ du pouvoir de Bachar el-Assad, ainsi que toute mention de sanctions économiques. Mais le projet de résolution restait «déséquilibré» en appelant «à un changement de régime» et en «encourageant l'opposition à rechercher le pouvoir», s'est justif

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant