Syrie-L'Etat islamique prend une ville dans la province de Homs

le , mis à jour à 17:33
0

(actualisé avec précisions) BEYROUTH, 1er novembre (Reuters) - Des combattants de l'Etat islamique (EI) se sont emparés dimanche de la ville syrienne de Mahin située dans le sud-ouest de la province de Homs après avoir lancé la veille une offensive contre les forces gouvernementales dans le secteur, ont annoncé l'EI et l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH). Le groupe djihadiste sunnite est désormais à moins de 20 kilomètres de la grande autoroute de la partie ouest du pays qui relie la capitale Damas au sud à Alep au nord en passant par Homs et Hama, malgré l'intensification des frappes aériennes de la Russie et de l'armée syrienne contre le insurgés dans l'ouest et le nord-ouest du pays. L'EI a lancé son offensive samedi soir par deux attentats suicide à la voiture piégée et, dimanche matin, le groupe s'était emparé de Mahin, précise l'OSDH, une ONG basée à Londres qui fait un point quotidien sur la guerre civile en Syrie grâce à un réseau d'informateurs sur le terrain. L'attaque a fait une cinquantaine de victimes dans les rangs des forces gouvernementales, morts ou blessés. Les combats continuent à faire rage plus à l'ouest dans les faubourgs de Sadad, commune située non loin de Mahin où vivent de nombreux chrétiens. L'offensive a été confirmée par un communiqué de l'Etat islamique, qui décrit la ville comme "stratégiquement importante". Daech dit aussi s'être emparé de dépôts d'armes. L'EI est surtout implanté dans le nord et l'est de la Syrie. Mais il a accru sa présence dans la province de Homs depuis la prise de Palmyre et de son site antique classé au patrimoine mondial de l'Unesco au mois de mai dernier, suivi de celle de Qaryatain, à 15 km à l'est de Mahin. Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme, l'offensive de l'Etat islamique est peut-être une réponse aux pressions subies par l'organisation islamistes dans d'autres régions syriennes, dans la province d'Alep, notamment où les groupes rebelles sont visés par des frappes aériennes russes et gouvernementales. Selon l'agence de presse turque Anatolie, les aviations turques et américaines ont tué samedi plus d'une cinquantaine de combattants islamistes. (John Davison,; Danielle Rouquié et Nicolas Delame pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant