Syrie : l'Etat islamique prend l'une des plus grandes villes de l'est

le
1
Syrie : l'Etat islamique prend l'une des plus grandes villes de l'est
Syrie : l'Etat islamique prend l'une des plus grandes villes de l'est

L'Etat islamique poursuit sa dangereuse progression. Le groupe terroriste radical s'est emparé de Deir Ezzor, l'une des plus grandes villes de l'est de la Syrie.

Selon l'observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), qui rapporte l'information, les groupes rebelles, qui tenaient jusqu'ici la localité - à l'instar du Front Al-Nosra, branche d'Al-Qaïda-, se sont retirés. D'autres ont prêté allégeance à l'EI, qui contrôle désormais la moitié de la ville et le régime l'autre moitié.

Cette nouvelle prise du groupe jihadiste intervient après une offensive fulgurante en Irak, pays voisin, entamée début juin par environ 15 000 combattants. L'Etat islamique revendique désormais la formation d'un «califat», du nord de la Syrie jusqu'à l'est de l'Irak. En Syrie, quelque 10 000 autres combattants de l'EI gagnent du terrain depuis plusieurs mois années.

Le chaos laissé par une guerre civile, qui dure depuis maintenant trois ans et demi, a offert aux jihadistes radicaux un boulevard.

Les secteurs rebelles tombés après l'échec de négociations avec l'EI  

Un seul petit bastion de rebelle a résisté. «Entre 95 à 98% de la province de Deir Ezzor est désormais aux mains de l'EI», qui contrôle également de larges pans du territoire irakien frontalier, détaille l'OSDH. «Seule la deuxième moitié de la ville, l'aéroport militaire situé à la périphérie et quelques villages de la province échappent encore à l'EI».

Les secteurs rebelles sont tombés après l'échec de négociations avec l'EI, précise l'OSDH. «Des combattants du Front Al-Nosra (branche syrienne d'Al-Qaïda) et du mouvement islamiste Ahrar al-Cham se sont alors retirés de leurs sièges dans la ville, tandis que d'autres ont prêté allégeance», a expliqué l'observatoire. «Le commandant d'Al-Nosra à Deir Ezzor a été abattu par l'EI, qui a hissé son drapeau à l'intérieur de la ville».

Assi al-Hussein, un militant présent dans Deir ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M940878 le lundi 14 juil 2014 à 19:37

    et ce sont ces crasseux barbus qu'Hollande voulait soutenir