Syrie : l'EI s'empare en partie d'un site stratégique à Homs, 30 morts

le
0
Syrie : l'EI s'empare en partie d'un site stratégique à Homs, 30 morts
Syrie : l'EI s'empare en partie d'un site stratégique à Homs, 30 morts

«L'organisation terroriste la mieux financée du monde», selon Washington, pourrait encore étoffer son butin. Le Groupe Etat islamique s'est emparé partiellement du champ pétrolier et gazier d'Al-Chaer, à Homs (Syrie), au terme de combats sanglants qui ont fait trente victimes parmi les forces du régime. Les jihadistes ont lancé leur attaque mardi matin, a rapporté mercredi l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Le champ leur avait été repris par l'armée syrienne en juillet.

Les combats se poursuivaient ailleurs en Irak et en Syrie mercredi, notamment à Kobané, où la coalition a mené trois raids aériens mardi. Plusieurs contingents de peshmergas, des Kurdes d'Irak, sont arrivés dans la nuit en Turquie pour rejoindre le bastion kurde du nord de la Syrie.

L'EI s'empare de parties d'un champ pétrolier à Homs, en Syrie. Des jihadistes ont lancé une attaque contre un champ pétrolier dans la ville syrienne de Homs, tuant trente membres des forces du régime, a indiqué mercredi l'OSDH. Il a également fait état de morts dans les rangs jihadistes, sans être en mesure de donner un chiffre exact. «Le groupe Etat islamique a lancé mardi matin son attaque, qui a duré jusque dans la nuit, et a réussi à s'emparer de parties du champ» d'Al-Chaer, a dit le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane. L'armée syrienne avait repris aux jihadistes en juillet le champ pétrolier et gazier d'Al-Chaer, situé près du site archéologique de Palmyre.

Des Kurdes d'Irak en Turquie pour rejoindre Kobané. Les premiers renforts de combattants kurdes irakiens à destination de Kobané sont arrivés dans la nuit de mardi à mercredi en Turquie, une semaine après le feu vert d'Ankara sous la pression américaine. Les combattants «peshmergas», dont le nombre n'a pas été précisé, ont atterri à l'aéroport de Sanliurfa. Ils ont aussitôt pris la route à bord de trois bus pour la frontière turco-syrienne, distante d'une cinquantaine ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant