Syrie : l'EI conquiert une base grâce à un drone à 450 euros

le
1
Un drone d'ordinaire utilisé pour filmer des mariages, transformé en espion pour djihadistes...
Un drone d'ordinaire utilisé pour filmer des mariages, transformé en espion pour djihadistes...

S'il est un domaine que les troupes de l'autoproclamé État islamique maîtrisent à la perfection, c'est bien celui des réseaux sociaux. Ces derniers mois, YouTube comme Twitter ont largement laissé les djihadistes les utiliser pour véhiculer une communication léchée, des vidéos de propagande particulièrement efficaces, qu'il s'agisse de frapper les esprits et d'engendrer la terreur (décapitations, exécutions de masse) ou de prouver leurs compétences militaires. Ainsi, les combattants islamistes ont posté sur YouTube le 23 août dernier une vidéo de 14 minutes (aujourd'hui supprimée) montrant comment ils avaient conquis la dernière place forte des forces gouvernementales dans la région de Tabqa, en Syrie. Le plus surprenant, et inquiétant, dans cette vidéo : l'utilisation d'un simple drone grand public made in China, le DJI Phantom FC40, pour réaliser un repérage aérien de la base à attaquer. Piloté par un smartphone Sans doute l'un des plus vendus au monde, avec ceux du français Parrot, ce simple drone de loisirs commandé par radio ou via un simple smartphone est doté de quatre hélices et d'une caméra intégrée. Piloté à distance, il peut se stabiliser à des coordonnées GPS prédéterminées, puis balayer les environs. Ce type d'engin étant généralement utilisé pour filmer des mariages ou des paysages, n'importe qui peut en commander un sur Internet. Le tout pour 450 euros... Grâce au repérage du drone, les djihadistes ont pu...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • guymar le lundi 8 sept 2014 à 21:41

    Ne les croyez pas, ils ne font que de la pub pour vousFourguer leur marque de drone