Syrie : l'armée syrienne réquisitionne ses nouvelles recrues à Alep

le , mis à jour à 14:10
0
Syrie : l'armée syrienne réquisitionne ses nouvelles recrues à Alep
Syrie : l'armée syrienne réquisitionne ses nouvelles recrues à Alep

Alors que les civils tentent à nouveau de fuir le chaos des quartiers est d'Alep ce jeudi, plusieurs témoignages indiquent que l'armée syrienne profite de cet exode massif pour reconstituer ses effectifs. À commencer par celui du chef de la police militaire d'Alep, le général Habib Safi, qui s'en est récemment félicité devant les caméras de la chaîne russe pro-gouvernementale RT. 

 

«La libération des quartiers Est fournit des jeunes à l'armée arabe syrienne», a-t-il déclaré, montrant d'un geste de la main les 220 conscrits qui se tenaient devant lui dans la cour du centre militaire d'Alep, où plus de 200 hommes de tout âge suivent un entraînement rigoureux avant d'entamer leur service militaire ou d'intégrer la réserve de l'armée. Selon lui, l'armée a recruté «près de 700 personnes après le début des combats dans l'est d'Alep, et le nombre augmente». 

 

Tous ont un point commun : ils sont originaires des quartiers de l'est, repris par l'armée lors d'une offensive foudroyante lancée à la mi-novembre. Pour les forces de Bachar al-Assad, c'est une aubaine. Elles qui comptaient 300.000 hommes dans leurs unités combattantes en 2011 avaient vu leurs effectifs baisser de moitié en raison des morts et des défections.  

 

Une armée saignée à blanc

 

«Il est évident que l'armée syrienne ne peut pas être aussi forte qu'elle l'était avant. (...) Nous avons tellement de martyrs, tellement de soldats handicapés», a reconnu le président Assad mercredi lors d'un entretien avec RT. Quelque 60.000 soldats syriens ont été tués depuis le début du conflit, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme.

 

Pour être autorisé à quitter l'est et rejoindre l'ouest, les habitants d'Alep sont soumis à de stricts contrôles de sécurité pour détecter les insoumis, déserteurs, ou tout individu recherché par la justice. Ceux qui sont retenus par l'armée passent une semaine dans un centre ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant