Syrie : l'armée étouffe Jisr al-Choughour

le
0
La répression de dizaines de milliers de manifestants a encore fait vendredi au moins vingt-cinq morts.

Après Deraa, Baniyas et d'autres villes rebelles, Jisr al-Choughour s'attendait vendredi soir à subir l'assaut de l'armée syrienne. Plusieurs dizaines de chars étaient postés à la périphérie de cette cité de 50.000 habitants au nord du pays, quasiment désertée, après une semaine de révolte contre le régime de Bachar el-Assad.

Aux premières heures de la journée, les militaires avaient commencé par bombarder des villages alentour, tandis que d'autres mettaient le feu à des champs de blé pour y débusquer des «militants armés», selon Damas.

Ces derniers jours, plus d'un millier d'habitants de Jisr al-Choughour se sont réfugiés en Turquie. «À l'appel des habitants, des unités de l'armée ont commencé leur mission», affirmait vendredi matin la télévision syrienne, qui accuse des «groupes armés» d'avoir mis le feu à des écoles. Mais la propagande officielle ne convainc pas grand monde, à l'intérieur comme hors des frontières d'un pays, dont des dizaines

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant