Syrie :l'armée décrète la fin de la trêve, 12 morts après un raid sur un convoi humanitaire

le , mis à jour à 00:24
0

Une semaine après son entrée en vigueur, la trêve est déjà terminée en Syrie. Ce lundi, l'armée syrienne a annoncé la reprise de ses opérations une heure avant l'expiration du cessez-le-feu, accusant les rebelles de ne pas l'avoir respecté. Dans la soirée, au moins 32 civils avaient été tués à Alep et sa province, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Moins de deux heures après la fin de la trêve, des raids aériens incessants ont visé plusieurs quartiers rebelles dans l'est d'Alep.  Six civils, parmi lesquels un enfant, ont été tués dans la ville d'Alep, 22 autres dans l'ouest de la province, dont 12 bénévoles du Croissant rouge et conducteurs de camions d'aide humanitaire touchés à Orum al-Koubra, et quatre enfin dans l'est de la province, a précisé l'OSDH dans un communiqué, faisant aussi état de dizaines de blessés.

 

L'ONU a indiqué qu'au moins 18 camions chargés d'aide humanitaire avaient été endommagés par des bombardements à l'ouest d'Alep. Ces camions faisaient partie d'un convoi de 31 véhicules de l'ONU et du Croissant rouge syrien qui livrait de l'aide à 78.000 personnes à Orum al-Koubra. En France, le chef de la diplomatie Jean-Marc Ayrault a condamné «avec la plus grande fermeté» ces raids.

 

Les tensions n'ont cessé de croître depuis vendredi

 

Sur le terrain, la tension s'est accrue dès vendredi avec des affrontements dans la périphérie de Damas, la capitale. Samedi, un bombardement de la coalition mené par les Etats-Unis avait frappé involontairement les troupes de Bachar al-Assad, tuant au moins 90 soldats à Deir Ezzor (est) selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Etats-Unis et Russie se sont régulièrement accusés de ne pas respecter les conditions de l'accord qu'ils ont signé ensemble et qui devait permettre la création d'un centre de coordination des opérations commun pour leur deux armées.

 

Le retard de l'aide ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant