Syrie : l'armée de Bachar al-Assad resserre son étau sur Palmyre

le
0
Syrie : l'armée de Bachar al-Assad resserre son étau sur Palmyre
Syrie : l'armée de Bachar al-Assad resserre son étau sur Palmyre

Les forces du régime syrien poursuivent leur offensive lancée le 7 mars pour reprendre à Daech la ville de Palmyre, sous contrôle des djihadistes depuis mai 2015 comme ses ruines antiques, classées au patrimoine mondial de l'Unesco. Vendredi, l'armée de Bachar al-Assad s'est emparée de la citadelle. Samedi matin, elle a resserré son étau en reprenant la localité d'al-Amariyah, à la lisière nord de Palmyre, selon la télévision officielle qui fait état de «violents combats avec les terroristes de Daesh (acronyme arabe de l'EI)».

Dans le même temps, l'agence officielle Sana a fait état d'une offensive lancée à l'aube par l'armée dans les vergers au sud de Palmyre, tout en avançant dans la ville tandis que des combats se déroulaient dans l'aéroport à l'est de la ville. «Nous pouvons dire que nous avons encerclé Daech de trois côtés, au sud-ouest, à l'ouest et au nord-ouest», affirme un officier sur le terrain. Quant aux ruines antiques inscrites au patrimoine mondial de l'humanité, le secteur est totalement désert, car personne n'ose s'y aventurer à cause des mines posées par les jihadistes et parce que le terrain est totalement à découvert donc la cible des tireurs embusqués.

«Si nous gagnons...»

L'armée est appuyée au sol par des miliciens pro-régime, des combattants chiites du Hezbollah libanais et des unités d'élite de l'armée russe. Le même officier syrien souligne que les «Russes sont largement engagés» dans cette bataille,  faisant état d'un centre de commandement commun entre militaires russes et syriens. «Ils combattent directement au sol, avec leurs avions et s'occupent aussi d'intercepter les communications entre (les combattants de l'EI)», souligne-t-il. « L'implication de l'aviation russe a été considérable au début avec 150 raids lorsque nous devions nous emparer des collines autour de la ville», poursuit cet officier. Cependant, «elle a largement diminué car à présent c'est ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant