Syrie : l'armée de Bachar al-Assad assiège les quartiers rebelles d'Alep

le , mis à jour à 14:12
0
Syrie : l'armée de Bachar al-Assad assiège les quartiers rebelles d'Alep
Syrie : l'armée de Bachar al-Assad assiège les quartiers rebelles d'Alep

L'armée syrienne a repris le contrôle de la dernière route d'approvisionnement menant aux quartiers Est de la ville d'Alep tenus par les rebelles. «Les combattants du régime sont désormais sur la route du Castello et l'ont totalement coupée», a indiqué Rami Abdel Rahmane, directeur de l'OSDH, ajoutant que, de ce fait, «les quartiers de l'est sont complètement assiégés», a-t-il ajouté.

 

Un combattant rebelle a confirmé dimanche qu'«Alep était dorénavant à 100% assiégée». «L'armée a atteint la route et a même arrêté un groupe de civils qui s'y trouvaient», a-t-il ajouté, précisant qu'elle avait également placé des sacs de sables en guise de barrières. Un correspondant de l'AFP présent dans les quartiers rebelles a pour sa part indiqué que le bruit des combats était audible. Quelque 200.000 personnes vivent dans ces quartiers, selon les estimations, et ont commencé ces derniers jours à manquer de nourriture, ce qui laisse craindre un désastre humanitaire en cas de siège prolongé.

 

Selon l'OSDH, au moins 16 combattants rebelles ont été tués ce dimanche lors de l'avancée des troupes loyalistes au président Assad. Des activistes d'Alep ont pour leur part exhorté sur Facebook les civils à se tenir éloignés de la route du Castello où ils pourraient être arrêtés ou blessés. 

 

Le 7 juillet, les forces prorégime étaient parvenues à couper de facto cette route située au nord-ouest d'Alep, qui restait le dernier axe de passage pour les hommes et les marchandises vers ces quartiers. Elles avaient alors pris position à moins de 500 mètres de la route et pouvaient tirer sur toute personne ou tout véhicule l'empruntant.

 

Alep, deuxième ville de Syrie, est divisée depuis 2012 entre quartiers aux mains du régime à l'ouest et quartiers contrôlés par les groupes rebelles à l'est. La ville est un des principaux enjeux du conflit qui a fait plus de 280.000 morts depuis 2011 et ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant