Syrie-L'armée annonce une pause de 3 jours, les combats continuent

le , mis à jour à 15:28
0
 (Actualisé avec réaction de John Kerry) 
    BEYROUTH, 6 juillet (Reuters) - L'armée syrienne a annoncé 
un "régime de calme" d'une durée de 72 heures à partir de ce 
mercredi 01h00 (mardi à 22h00 GMT), a-t-on déclaré à Reuters de 
source militaire, mais des combats et des frappes aériennes ont 
continué d'être signalées depuis lors en plusieurs endroits du 
pays. 
    A Tbilissi où il se trouvait en visite mercredi, le 
secrétaire d'Etat américain, John Kerry, s'est félicité du 
"régime de calme" annoncé par Damas, estimant qu'il était le 
"signe avant-coureur" d'accords de trêves plus ambitieux et plus 
durables. 
    "Nous accueillons très favorablement la proclamation de 
l'armée syrienne sur ces 72 heures d'accalmie", a-t-il dit lors 
d'une conférence de presse en Géorgie, en ajoutant que des 
discussions étaient en cours pour tenter d'obtenir une 
prolongation de cette pause dans les combats. 
    Le haut commandement de l'armée a indiqué par voie de 
communiqué qu'"un régime de calme" devait être appliqué "sur 
l'ensemble du territoire de la République arabe syrienne pour 
une période de 72 heures à compter du 6 juillet 01h00 et 
jusqu'au 8 juillet 2016 à 24h00". 
    Ce communiqué ne précise pas quelles organisations sont 
concernées par la trêve, qui couvre la période de trois jours de 
l'Aïd el Fitr, la fête musulmane qui marque la fin du mois de 
jeûne du Ramadan. 
    La trêve annoncée en février dernier, destinée alors à 
faciliter la tenue de négociations de paix, n'avait pas englobé 
le Front al Nosra (branche syrienne d'Al Qaïda) pas plus que 
l'organisation djihadiste Etat islamique (EI). 
     
    ASSAUT CONTRE MAÏDAA, PILONNAGES A ALEP 
    Depuis lors, l'armée syrienne et l'armée russe, qui soutient 
le régime du président Bachar al Assad, ont annoncé une série de 
trêves locales de brève durée, dans les zones d'intenses 
combats, comme par exemple à Alep ou près de la capitale Damas. 
    Les frappes aériennes et les affrontements au sol se sont 
souvent poursuivis malgré l'annonce d'un "régime de calme" pour 
trois jours. 
    Mercredi, l'organisation insurgée syrienne du Djaïch al 
Islam a déclaré que, malgré l'annonce du "régime de calme", le 
gouvernement syrien et ses alliés avaient lancé l'assaut contre 
la localité de Maïdaa, dans la région de la Ghouta orientale, à 
l'est de Damas. 
    Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) les 
forces du régime se sont emparées de la quasi-totalité de Maïdaa 
et les affrontements se poursuivent dans la zone, que tenait 
jusqu'à présent le Djaïch al Islam, composante du Haut comité 
des négociations (HCN) qui représente l'opposition aux 
négociations de paix internationales. 
    A en croire les médias officiels syriens, l'armée de Damas 
et ses alliés ont repris des quartiers aux "terroristes" 
présents dans le secteur. Le régime syrien qualifie tous les 
groupes insurgés en lutte contre lui comme "terroristes". 
    L'OSDH a signalé également, mercredi, des pilonnages dans 
plusieurs quartiers d'Alep, provenant aussi bien des insurgés 
que de l'armée syrienne, et a fait état également de raids 
aériens contre des villes des environs d'Alep. 
 
 (Lisa Barrington; Eric Faye pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant