Syrie: l'accord de Genève butte sur le sort d'el-Assad

le
0
Malgré le succès diplomatique enregistré samedi à Genève, des divergences subsistent avec Moscou et Pékin.

Dans une guerre, les accords politiques ont du poids lorsqu'ils s'appuient sur une situation clarifiée sur le terrain, avec des gagnants et des perdants. Ce qui n'est pas encore le cas en Syrie, où le régime de Bachar el-Assad et ses opposants s'affrontent violemment depuis bientôt un an et demi sans qu'aucune des deux parties n'ait encore pris l'avantage.

Officiellement, l'accord adopté samedi à Genève par le Groupe d'action sur la Syrie, qui prévoit notamment que le futur gouvernement de transition puisse inclure des membres du pouvoir actuel, est un succès. Pour la première fois, les chefs de la diplomatie des cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU, de pays de la Ligue arabe et de la Turquie, ont réussi à s'entendre sur une résolution pacifique du conflit. La Russie, qui s'était jusqu'à présent toujours opposée à élever davantage le ton vis-à-vis de Damas, s'est montrée plus souple qu'à son habitude. Organisée à l'initiative de l'émissaire

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant