Syrie-Kerry s'avoue impuissant et frustré par Washington-presse

le
1
    WASHINGTON, 1er octobre (Reuters) - Le secrétaire d'Etat 
américain, John Kerry, a déploré la semaine dernière son échec à 
obtenir du gouvernement Obama l'usage de la force en appui aux 
efforts diplomatiques pour mettre fin au conflit syrien, 
rapporte vendredi le New York Times. 
    Le quotidien dit s'être procuré l'enregistrement audio d'une 
discussion d'une quarantaine de minutes entre le secrétaire 
d'Etat et des groupes civils syriens à la mission permanente des 
Pays-Bas à New York, en marge de l'Assemblée générale des 
Nations unies, le 22 septembre. 
    La réunion, qui comptait une vingtaine de participants -- 
des membres de quatre groupes d'aide syriens intervenant dans 
des zones rebelles, des diplomates d'une poignée de pays -- a eu 
lieu plusieurs jours après la fin de la trêve, au moment de 
l'annonce d'intenses frappes du régime sur Alep.   
    John Kerry s'y est plaint que ses efforts diplomatiques 
n'aient pas été accompagnés d'une menace sérieuse d'usage de la 
force militaire. 
    "Je pense qu'on a affaire à trois, quatre personnes au 
gouvernement qui ont défendu l'usage de la force, et j'ai perdu 
cette bataille", déclare John Kerry dans l'enregistrement publié 
par le quotidien. 
    "Nous essayons de poursuivre la diplomatie et je comprends 
que c'est frustrant. Personne n'est plus frustré que nous", 
a-t-il ajouté. 
    Le quotidien précise que plusieurs participants ont confirmé 
l'authenticité de l'enregistrement. Il aurait été fait par un 
participant non-syrien. 
    Selon le New York Times, on y entend l'activiste syrienne 
Marcell Shehwaro, demander "combien de Syriens" devront être 
tués avant qu'une action sérieuse ne soit lancée. 
"L'indifférence d'Assad" pourrait pousser le gouvernement 
américain à reconsidérer ses options, estime Kerry, jugeant 
toutefois que toute implication militaire risque d'être 
contre-productive. 
    Le département d'Etat américain n'a pas fait de commentaire. 
 
 (Mohammad Zargham; Julie Carriat pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • delapor4 il y a 4 mois

    Brave homme. Il voudrait la politique de l'escalade, comme au Vietnam.