Syrie : Kerry évoque une coalition internationale, notamment avec la France

le
3
Syrie : Kerry évoque une coalition internationale, notamment avec la France
Syrie : Kerry évoque une coalition internationale, notamment avec la France

C'était la journée des débats. Des deux côtés de l'Atlantique, le dossier syrien s'est joué au Parlement ce mercredi. En France, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault avait rendez-vous avec les députés de l'Assemblée nationale pour leur expliquer la position du gouvernement et défendre l'idée d'une intervention militaire, tandis que le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius devait en faire de même face aux sénateurs.

Les élus français divisés

Après avoir dévoilé des documents officiels des services de renseignements français prouvant que l'armée de Bachar al-Assad a bel et bien tué environ 1500 civils à l'arme chimique, le chef du gouvernement est resté très ferme. «Il n'y aura pas de solution politique sans intervention», a-t-il lancé aux élus, qu'il a appelés à «regarder la réalité en face». «Ne pas réagir, ce serait envoyer un message terrible», a-t-il estimé. L'indignation face aux atrocités du régime de Damas était unanimement partagée chez les députés, mais pas le désir d'intervenir.

Pour l'UMP, il faut attendre l'aval de l'ONU et ne pas se contenter d'un feu vert aux Etats-Unis. Pour l'UDI non plus, il n'est pas question de partir sans une large coalition. Au Front de gauche, en revanche, on refuse catégoriquement d'intervenir, «même si les preuves s'avèrent irréfutables». Mais cette séance de questions-réponses est l'oin d'avoir satisfait les élus, qui sont nombreux à réclamer l'organisation d'un vote au Parlement avant toute action militaire. Une idée d'ailleurs soutenue par environ 74% des Français.

Les sénateurs américains penchent pour le oui

Pour l'heure, il n'y a qu'aux Etats-Unis que les législateurs sont appelés à voter. L'administration Obama a fait élaborer une nouvelle résolution au Sénat limitant toute intervention en Syrie à 60 jours, avec la possibilité d'une extension à 90 jours, et interdisant au président de déployer des soldats ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • birmon le mardi 10 sept 2013 à 13:59

    Hollande veut punir Bachar al-Assad sans preuve formelle de sa culpabilité. Il me tarde que lui aussi doive rendre des comptes.

  • hakim--- le jeudi 5 sept 2013 à 00:36

    On ne parle pas de la possibilité que les martiens aient gazé les civils pour entrainer la communauté internationale dans ce conflit et ainsi en profiter pour nous attaquer....La grande manipulation est en marche....est-ce vraiment impossible? Il me semble que les martiens radicaux sont capables de tout, sans aucune limite. Qu'en pensez-vous?

  • nmaalouf le mercredi 4 sept 2013 à 17:03

    L'énumération d'un faisceau d'éléments ne constitue pas des preuves irréfutables. L'élève Bruno Le Roux doit revoir sa copie après avoir révisé son cours de logique.