Syrie : Hollande de nouveau pris à contre-pied

le
2
États-unis et maintenant Russie: le président français a été contraint, depuis le début de la crise syrienne, de s'adapter au jeu des autres nations.

Un pas en arrière. Une fois de plus, François Hollande a été pris à contre-pied dans le dossier syrien. Fin août, le chef de l'État avait été surpris par la décision du président américain Barack Obama de différer les frappes, pour s'en remettre au Congrès. Bridé dans son élan, il s'était vu contraint d'attendre l'éventuel feu vert américain. Las. Dix jours plus tard, même scénario. Mais cette fois, la surprise vient des Russes, qui se met au centre du jeu en proposant à la Syrie de placer ses stocks d'armes chimiques sous contrôle international. Une proposition qui contraint Hollande à remiser ses habits de chef de guerre. «Nous n'avons renoncé à rien», défend-on à l'Élysée, où l'on jure que la «détermination (française) à sanctionner l'utilisation des armes chimiques reste entière». «Si cela passe par un démant...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • pichou59 le mardi 24 sept 2013 à 11:34

    États-unis - Russie c'est pas pour les nuls?

  • mipolod le mercredi 11 sept 2013 à 15:39

    C'est surtout un bouffon !