Syrie : Ghalioun renonce à diriger l'opposition

le
0
Proche de Paris, le sociologue jette l'éponge face aux islamistes.

Maintes fois annoncée au cours des derniers mois, la démission de l'universitaire syrien, naturalisé français, Burhan Ghalioun, 67 ans, a finalement été officialisée tard mercredi par le Conseil national syrien (CNS), la principale organisation de l'opposition à Bachar el-Assad que cet enseignant à la Sorbonne présidait depuis sa création en août 2011.

Un successeur devrait lui être désigné lors d'une réunion du secrétariat général du CNS, prévue les 11 et 12 juin en Turquie, l'un des principaux parrains du Conseil aux côtés de la France, du Qatar et de l'Arabie saoudite. Au fil des mois, Ghalioun était devenu otage des différents groupes, qui composent le CNS, en premier lieu des tout-puissants Frères musulmans, qui l'avaient propulsé à la tête du Conseil, à son insu l'an dernier. Pour mieux le manipuler, estimaient ses détracteurs qui se sont toujours étonnés de voir un laïque comme lui s'allier avec les islamistes, ses ennemis de toujours.

Face à u

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant