Syrie/Genève-L'envoyé de l'Onu recevra des délégations mercredi

le
0
    GENEVE, 2 février (Reuters) - L'envoyé spécial de l'Onu pour 
la Syrie, Staffan de Mistura, a annoncé qu'il rencontrerait 
mercredi "plusieurs délégations" à Genève, où la communauté 
internationale tente d'amorcer des négociations de paix entre 
les belligérants syriens. 
    S'exprimant mardi soir sur la chaîne de télévision suisse 
RTS, Staffan de Mistura n'a pas précisé quelles délégations il 
allait voir mais a dit espérer des "résultats concrets" de ces 
rencontres. 
    Il a jugé "toujours possible" un échec total des discussions 
dans la ville suisse mais a souligné la nécessité de mettre fin 
à un conflit qui a fait plus de 250.000 morts depuis mars 2011. 
    Un échec, a-t-il reconnu, "est toujours possible, surtout 
après cinq années d'une horrible guerre, où les différents camps 
se haïssent, où il y a un énorme manque de confiance". 
    "Si on assiste à un échec cette fois-ci, après déjà deux 
tentatives de conférences à Genève, il n'y aura plus d'espoir 
pour la Syrie. Nous devons absolument essayer de faire en sorte 
que ce ne soit pas un échec", a poursuivi l'envoyé des Nations 
unies. 
    A Rome, où il participait à une réunion internationale sur 
la lutte contre les djihadistes de l'Etat islamique (EI), le 
ministre britannique des Affaires étrangères, Philip Hammond, a 
déclaré que la Russie cherchait apparemment à sécuriser en Syrie 
un "mini-Etat" alaouite pour le président syrien Bachar al 
Assad, son allié. 
    Londres accuse les Russes de bombarder les opposants à Assad 
sans s'attaquer aux islamistes de l'EI. 
    "Est-ce que la Russie veut vraiment s'engager dans un 
processus de paix ou bien utilise-t-elle ce processus de paix 
comme paravent pour tenter de donner à Assad une victoire 
militaire et créer un mini-Etat alaouite dans le nord-ouest de 
la Syrie ?", s'est interrogé le secrétaire au Foreign Office. 
    A Moscou, le vice-ministre russe des Affaires étrangères, 
Guennadi Gatilov, a jugé difficile de progresser à Genève si les 
Kurdes syriens ne participent pas aux négociations, rapporte 
l'agence de presse Interfax.  
    Il a ajouté que la Russie était prête à coordonner ses 
actions avec les Etats-Unis en vue de parvenir à un 
cessez-le-feu en Syrie. 
 
 (Stephanie Nebehay à Genève, Guy Faulconbridge à Rome et 
Vladimir Soldatkin à Moscou; Guy Kerivel pour le service 
français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant