Syrie : François Hollande sous pression

le
0
Le chef de l'État reste dans l'attente d'une décision américaine sur le plan international. En France, il fait face à une classe politique divisée.

François Hollande avance en terrain miné. Alors qu'il était apparu en initiative, aux côtés des États-Unis et de la Grande-Bretagne, partisans d'une intervention punitive contre le régime de Bachar el-Assad, le président se trouve aujourd'hui dans une position bien moins avantageuse, sur la scène internationale comme sur la scène intérieure. Le voilà contraint de temporiser après la décision surprise de Barack Obama d'attendre un vote du Congrès avant de lancer la riposte en Syrie, au risque d'apparaître à la remorque des États-Unis et de voir saper l'aura et l'autorité qu'aurait pu lui conférer une action rapide, dans la foulée de l'attaque du 21 août.

Le chef de l'État doit également affronter les doutes qui ont gagné la classe politique française - divisée - et les Français, hostiles à toute intervention....

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant