Syrie-Evacuation d'un quartier rebelle de Homs après un accord

le
0
 (Précisions, gouverneur) 
    HOMS, Syrie/BEYROUTH, 9 décembre (Reuters) - L'évacuation de 
centaines d'habitants du dernier quartier tenu par les rebelles 
à Homs, ville du centre de la Syrie, a commencé mercredi après 
un accord de paix conclu localement entre les insurgés et les 
autorités de Damas. 
    Une quinzaine de bus ont quitté le quartier de Waer, ou sont 
sur le point de le faire, avec à leur bord 300 combattants 
rebelles, qui ont gardé leurs armes légères, et 400 membres de 
leurs familles, a déclaré le gouverneur de Homs, Talal al 
Barazi. 
    Les insurgés qui ont choisi de partir, parmi lesquels des 
membres du Front al Nosra, la branche syrienne d'Al Qaïda, sont 
ceux qui refusent le cessez-le-feu et ont été autorisés à 
rejoindre avec leurs familles d'autres zones rebelles, a précisé 
le gouverneur de Homs, Talal al Barazi. 
    Le directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'homme 
(OSDH), Rami Abdoulrahman, a précisé que la priorité pour cette 
évacuation était donnée aux femmes, aux enfants et aux blessés 
graves. 
    Aux termes de l'accord, les évacués doivent être conduits 
dans des zones tenues par l'insurrection dans le nord-ouest du 
pays, près de la frontière turque. 
    Un arrêt est prévu dans la province de Hama, où descendront 
ceux qui le désirent, puis le convoi poursuivra sa route vers la 
province d'Idlib, bastion des insurgés tenu notamment par les 
hommes du Front al Nosra. 
    "Il n'y aura plus d'armes à Waer une fois l'accord 
totalement appliqué", a dit le gouverneur de Homs, ajoutant que 
la seule présence armée autorisée sera alors celle des forces 
gouvernementales. 
    Selon l'OSDH, quelque 750 personnes, combattants et civils, 
doivent quitter Waer dans la journée. 
    L'accord a été conclu directement par les différents groupes 
syriens en conflit dans la région mais son application est 
contrôlée par les Nations unies. 
    Les cessez-le-feu locaux comme celui de Homs pourraient être 
l'un des moyens les plus efficaces de ramener progressivement la 
paix en Syrie, où les combats ont fait plus de 250.000 morts en 
près de cinq ans. 
    En 2014, une précédente trêve avait permis aux insurgés de 
quitter la vieille ville de Homs. 
    Un convoi d'aide humanitaire était entré la semaine dernière 
à Waer, où des vivres et des médicaments avaient pu être 
distribués sous le contrôle des Nations unies. 
    L'armée syrienne et les milices progouvernementales ont 
lancé une vaste offensive terrestre au nord de Homs après le 
début de l'intervention de l'aviation russe, le 30 septembre. 
 
 (Marwan Makdesi et Kinda Makieh à Homs, Sylvia Westall à 
Beyrouth; Tangi Salaün et Guy Kerivel pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant