Syrie : encore seize personnes mortes de faim à Madaya

le
0
Syrie : encore seize personnes mortes de faim à Madaya
Syrie : encore seize personnes mortes de faim à Madaya

La famine continue de tuer à Madaya, ville syrienne rebelle de l'Ouest syrien, assiégée par les forces prorégime. Seize autre personnes sont mortes de faim depuis que des convois humanitaires y sont entrés mi-janvier, a annoncé Médecins sans frontières (MSF). «Selon des travailleurs de santé soutenus par MSF dans Madaya, 16 personnes sont décédées depuis la livraison de l'assistance humanitaire», précise l'organisation humanitaire dans un communiqué. «MSF a des rapports médicaux clairs indiquant que 46 personnes sont mortes d'inanition à Madaya depuis le 1er décembre», a indiqué samedi l'organisation.

«Le bilan est certainement plus lourd car il existe des informations selon lesquelles des habitants seraient morts de faim dans leurs maison», a ajouté MSF. Les cas actuels de malnutrition sont par ailleurs estimés à 320 dans cette ville à l'ouest de Damas dont 33 patients en «danger de mort», selon MSF. «Les habitants de la ville syrienne assiégée de Madaya continuent de mourir de faim, en dépit des convois d'aide humanitaire», a déploré MSF qualifiant la situation «d'inacceptable».

L'organisation humanitaire a accusé les forces loyales au régime du président syrien Bachar al-Assad de «continuer à bloquer l'approvisionnement de la ville en matériel médical et médicaments indispensables».

«Il faut immédiatement une présence médicale permanente et indépendante à Madaya, car nous pensons que la situation médicale va encore s'aggraver, alors que l'accès aux soins pour les habitants est extrêmement limité», a plaidé le directeur des opérations de MSF Brice de le Vingne.

L'opposition réclame l'arrêt des bombardements

Madaya, où plus de 40 000 personnes vivent assiégées depuis des mois, est devenue un symbole des souffrances endurées par la population civile en Syrie depuis le début de la guerre en 2011. Le sort de cette ville est aussi un des points sensibles pour la tenue des négociations ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant