Syrie : du gaz sarin analysé sur des échantillons, affirme John Kerry

le
0
Syrie : du gaz sarin analysé sur des échantillons, affirme John Kerry
Syrie : du gaz sarin analysé sur des échantillons, affirme John Kerry

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry a assuré dimanche que les Etats-Unis avaient reçu et analysé des échantillons prouvant l'utilisation de gaz sarin dans l'attaque chimique du 21 août à La Ghouta dans la banlieue de Damas et attribuée par Washington au régime de Bachar al-Assad.

Selon un rapport américain rendu public jeudi, cette attaque aurait coûté la vie à 1 429 personnes, dont 426 enfants. L'opposition, elle, avait fait part de 1 300 puis de 1 700 victimes.

Samedi, Barack Obama a pris le monde par surprise en annonçant sa décision de principe de frappes contre la Syrie mais pas avant un feu vert du Congrès, écartant ainsi une action militaire à court terme. Les parlementaires n'adopteront pas de résolution formelle avant la semaine du 9 septembre, au plus tôt, et l'issue du vote reste incertaine.

«Des échantillons de cheveux et sanguins se sont révélés positifs à des traces de gaz sarin», a déclaré sur la chaîne NBC le secrétaire d'Etat, évoquant «un développement très important dont nous avons pris connaissance dans les dernières 24 heures, grâce à des échantillons des premiers secours dans l'est de Damas fournis aux Etats-Unis et qui ont désormais été testés». Il n'était pas clair dans l'immédiat si les échantillons avaient été prélevés sur le personnel des premiers secours, ou grâce à eux.

En tout cas, ils ne proviennent pas d'éléments prélevés par les inspecteurs de l'ONU. John Kerrry a précisé sur CNN que ces éléments étaient «indépendants» de ceux collectés en Syrie par les enquêteurs de l'ONU qui ont quitté samedi le pays. Barack Obama avait informé il y a quelques jours que les services américains menaient de leur côté leur enquête sur l'utilisation d'armes chimiques

«Nous savons exactement où cette attaque s'est produite»

Ce gaz est un neurotoxique qui bloque la transmission de l'influx nerveux, entraînant la mort par arrêt de la respiration et ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant