Syrie: deux prédicateurs influents émergent sur Facebook et Twitter

le
0
Syrie: deux prédicateurs influents émergent sur Facebook et Twitter
Syrie: deux prédicateurs influents émergent sur Facebook et Twitter

Des chercheurs ont détecté l'émergence de deux prédicateurs islamistes, influents sur internet, en étudiant les profils Twitter et Facebook de 190 djihadistes occidentaux, actifs en Syrie, selon leur étude présentée mercredi au King's College à Londres.Les chercheurs du Centre international pour l'étude de la radicalisation et de la violence politique (ICSR) --une entité réunissant des chercheurs du King's College, des universités américaines de Pennsylvanie et de Georgetown, du centre israélien Herzliya et de l'institut jordanien de la diplomatie-- ont analysé pendant 12 mois les pages Facebook et Twitter de 190 combattants étrangers occidentaux dont 55% sont affiliés au Front al-Nosra, lié à Al-Qaïda, et 14% au groupe jihadiste de l'Etat islamique d'Irak et du Levant (EIIL)."La capacité des groupes djihadistes à contrôler l'information s'est significativement réduite tandis que des individus, principalement installés en Occident et n'ayant probablement jamais mis les pieds en Syrie, ont acquis une influence notable", avance le rapport.Pour les chercheurs, "les deux personnalités les plus éminentes parmi les nouvelles autorités spirituelles" sont Ahmed Moussa Jibril, un prédicateur palestino-américain de 42 ans installé aux Etats-Unis, et Moussa Cerantonio, un Australien de 29 ans, converti à l'islam, devenu, selon l'étude, un "soutien virulent de l'EIIL qui ne mâche pas ses mots"."Bien qu'il n'y ait aucune preuve qu'ils soient directement impliqués dans l'arrivée de combattants étrangers en Syrie ou qu'ils coordonnent l'activité des combattants avec les groupes djihadistes, ils jouent un rôle de meneurs: leurs déclarations peuvent être vues comme apportant des encouragements, des justifications et une légitimité religieuse au fait de combattre en Syrie et, consciemment ou pas, ils jouent un rôle important dans la radicalisation de certains individus", estiment-ils.Ahmed Moussa ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant