Syrie : deux ONG portent plainte contre Lafarge pour financement du terrorisme

le , mis à jour à 19:11
0
Syrie : deux ONG portent plainte contre Lafarge pour financement du terrorisme
Syrie : deux ONG portent plainte contre Lafarge pour financement du terrorisme

Cinq mois après les révélations du Monde sur Lafarge, deux ONG ont déposé plainte à Paris contre le cimentier français notamment pour financement du terrorisme. Le quotidien avait publié en juin une enquête sur «les troubles arrangements» de Lafarge avec l'organisation Etat islamique. 

En 2013 et 2014, l'entreprise avait une cimenterie à Jabaliya, au nord-est d'Alep. A cette époque, avant que Daech ne s'empare du site et mette fin à toute activité, Lafarge aurait cherché à garantir à ses ouvriers et à ses marchandises l'accès à son usine en missionnant un certain Ahmad Jaloudi pour obtenir des laissez-passer auprès des djihadistes . «La cimenterie, s'est aussi fournie en pétrole lourd et en pouzzolane (une roche utilisée pour la fabrication du ciment, ndlr) auprès d'intermédiaires locaux qui achetaient directement à l'Etat islamique ou payaient des taxes au groupe djihadiste», écrit encore le quotidien ce mardi.

La plainte avec constitution de partie civile a été déposée mardi auprès du doyen des juges d'instruction, au nom de Sherpa, association spécialisée dans la «défense de victimes de crimes économiques», du Centre européen pour les droits constitutionnels et les droits de l'Homme (ECCHR) et de onze anciens employés du groupe en Syrie, pour obtenir l'ouverture d'une information judiciaire. Elle vise des faits de financement du terrorisme, complicité de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité, mise en danger, exploitation abusive du travail et négligence.

 

Un rapport parlementaire dédouane Lafarge

 

«Ce que nous dénonçons, c'est l'obsession d'une entreprise de maintenir une activité profitable au risque de devoir rendre des comptes et que soient mis au jour des liaisons pour le moins dangereuses avec ceux qui sont perçus comme les pires ennemis de l'humanité», a déclaré William Bourdon, avocat fondateur de Sherpa. «Nous demandons que soient tirées les conséquences d'une ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant