Syrie : des vidéos non authentifiées montrent des atrocités commises par les rebelles

le
0

La réputation des rebelles syriens de nouveau écornée. Après la diffusion le 31 juillet de vidéos montrant l'assassinat par balles d'hommes proches du régime, de nouvelles images -- particulièrement horribles -- circulent depuis dimanche sur Youtube.  Sur trois clips, on voit en gros plan des atrocités commises par des combattants de la rébellion.

De nombreuses vidéos sont postées chaque semaine depuis la Syrie sur Youtube. Les deux camps se livrent à une véritable guerre de propagande. A l'âge des réseaux sociaux, cette bataille d'images prend l'aspect de vidéos amateurs montrant les atrocités commises par l'adversaire. Il est d'ailleurs avéré que le régime syrien a mis en ligne de fausses vidéos pour entacher la réputation des rebelles et souder les minorités autour de la dictature de Bachar al-Assad.

Les trois vidéos que l'on trouve depuis quelques heures sur Internet doivent donc être prises avec des précaution. Reste que si elles sont authentiques, les associations de défense des droits de l'homme seront encore fondées à parler de «crimes de guerre» comme elles l'avaient fait lors de la diffusion de la vidéo du 31 juillet.

Egorgé avec un canif

Dans la première de ces nouvelles vidéos, on voit une foule applaudir la chute de cadavres lancés depuis un toit. Lorsque le premier corps est jeté, la foule crie «c'est un chabbih», en référence aux miliciens loyalistes qui sèment la terreur dans le pays. Les faits se déroulent dans la ville d'al-Bab, au nord d'Alep, près de la frontière avec la Turquie, mais il n'a pas été possible d'obtenir la date de cette scène atroce.

Dans une deuxième vidéo, probablement la plus difficile à regarder, un homme, les yeux bandés et les mains liées dans le dos, essaie de résister alors qu'un groupe le force à s'allonger sur la chaussée. Les combattants lui crient «Assieds-toi» et l'un d'eux crie: «Je préfère qu'on le tue par balle» mais un autre lui ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant