Syrie-Des rebelles avancent sur Boukamal pour couper l'EI en deux

le , mis à jour à 12:47
0
    * La perte d'Al Boukamal scinder le "califat" de l'EI 
    * L'offensive est menée par la Nouvelle armée syrienne 
    * Elle est composée de rebelles chassés par l'EI en 2014 
    * Une autre attaque soutenue par les USA en cours à Manbij 
 
 (Actualisé avec précisions, contexte) 
    par Suleiman Al-Khalidi et Tom Perry 
    AMMAN/BEYROUTH, 29 juin (Reuters) - Des rebelles syriens 
progressaient mercredi dans Al Boukamal, ville tenue par l'Etat 
islamique à la frontière avec l'Irak, a annoncé à Reuters un 
commandant rebelle, dans une nouvelle offensive soutenue par les 
Etats-Unis visant à couper en deux le califat autoproclamé par 
l'EI. 
    L'opération pour récupérer cette ville de l'est du pays a 
commencé mardi. Elle accroît la pression sur l'Etat islamique 
qui fait déjà face à une autre offensive soutenue par les 
Etats-Unis dans le nord de la Syrie visant à l'éloigner de la 
frontière turque.  
    La prise d'Al Boukamal réduirait la capacité de l'EI à 
déplacer des combattants entre les zones sous son contrôle en 
Irak et en Syrie.   
    La Nouvelle armée syrienne mène l'opération. Elle a été 
formée il y a 18 mois avec des rebelles syriens qui avaient été 
chassés de l'est de la Syrie par l'Etat islamique lors de son 
offensive de la mi-2014 lancée après la prise emblématique de la 
ville irakienne de Mossoul. Selon des sources rebelles, la 
Nouvelle armée syrienne est financée par les Etats-Unis. 
    "Les combats ont lieu à l'intérieur [de la ville] mais rien 
n'est encore réglé", a annoncé le commandant rebelle du Front 
Assala wa-al-Tanmiya, un des principaux groupes qui compose la 
Nouvelle armée syrienne. Les forces rebelles sont entrées dans 
la ville à l'aube, a-t-il précisé. 
    D'après l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), 
l'offensive est soutenue par les forces spéciales occidentales 
et des frappes aériennes de la coalition internationale dirigée 
par les Etats-Unis. 
    La prise d'Al Boukamal par l'Etat islamique en 2014 a, dans 
les faits, effacé la frontière entre Syrie et Irak. Perdre la 
ville porterait un coup fatal au "califat" mis en place par le 
chef de l'EI, Abou Bakr Al Baghdadi, de part et d'autre de la 
frontière. 
     
    FRAPPES RUSSES SUR AL TANF 
    La campagne internationale contre l'Etat islamique menée par 
les Etats-Unis s'est intensifiée ce mois-ci, avec une offensive 
majeure menée sur Manbij dans le nord de la Syrie, par une 
alliance de groupes, dont les puissantes milices kurdes YPG. 
   
    En Irak, le gouvernement vient de déclarer avoir vaincu l'EI 
à Falloudja.   
    Les forces rebelles ont reçu un entraînement militaire dans 
des camps américains en Jordanie, a-t-on appris de sources 
proches des rebelles syriens, mais aujourd'hui, l'essentiel de 
leur entraînement est désormais mené de la base d'al Tanf, ville 
syrienne située au sud-ouest d'Al Boukamal à la frontière avec 
l'Irak.  
    La base de la Nouvelle armée syrienne à al Tanf a par deux 
fois été touchée par des frappes aériennes russes, Moscou ayant 
fait la sourde oreille aux appels des Etats-Unis à ne pas 
poursuivre après la première série de frappes, indiquent des 
responsables américains. 
    Un commandant rebelle et l'OSDH ont indiqué avoir pris le 
contrôle d'une base aérienne militaire tenue par les djihadistes 
de l'EI, à Hamadan, à 5 km au nord-ouest d'Al Boukamal. Des 
combats intenses sont en cours alors que les djihadistes se sont 
retranchés dans la base aérienne.  
    Les rebelles ont aussi annoncé avoir pris le village de 
Hamadan sans autres précisions. Selon l'OSDH, les frappes de la 
coalition ont pris pour cible les abris où se cachent les 
djihadistes dans cette localité. 
    Les combattants de l'Etat islamique ont coupé l'électricité 
et les communications à Al Boukamal et ont creusé des tranchées 
autour de la ville, a-t-on appris de sources proches des 
rebelles. 
    Des commandants rebelles avaient annoncé mardi avoir 
sécurisé les abords d'Al Boukamal au terme d'une avancée rapide, 
à partir de leur base d'al Tanf, dans cette région désertique à 
l'habitat clairsemé. 
 
 (Danielle Rouquié et Laura Martin pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant