Syrie : des milliers de civils fuient Alep sous les frappes du régime

le , mis à jour à 17:24
0
Syrie : des milliers de civils fuient Alep sous les frappes du régime
Syrie : des milliers de civils fuient Alep sous les frappes du régime

La tension est montée d'un cran en Syrie ce vendredi après que l'armée syrienne du président Bachar al-Assad, appuyée par la Russie, a lancé lundi son offensive dans la province d'Alep (nord). Cette attaque a poussé près de 40 000 civils à fuir leurs foyers, selon l'OSDH, l'Observatoire des droits de l'Homme (OSDH), une ONG qui dispose d'un vaste réseau de sources dans la Syrie en guerre.

Les réfugiés syriens en fuite se sont massés près la frontière turque, selon Ankara et une ONG mais la frontière est restée fermée à Kilis (sud). La situation était calme au poste-frontière turc d'Oncupinar, près de Kilis en Turquie et face à la ville syrienne de Bab al-Aslam, où aucune entrée ou sortie du territoire turc n'était autorisée en début de matinée. «Environ 20 000 personnes sont rassemblées au niveau du poste-frontière de Bab al-Salama et quelque 5 000 à 10 000 ont été déplacées vers la ville d'Azaz», non loin de ce point de passage fermé, a déclaré Linda Tom, porte-parole du Bureau des affaires humanitaires de l'ONU (OCHA).

«Les frappes aériennes russes, qui visent principalement les groupes d'opposition en Syrie, minent les efforts pour trouver une solution politique» au conflit syrien, a accusé vendredi le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg. De son côté, l'Arabie saoudite attend le feu vert de la coalition la coalition anti-djihadistes menée par Washington pour intervenir.

#Turquie: frontière fermée avec la Syrie alors que des milliers fuient #Alephttps://t.co/0lIb0dND2b pic.twitter.com/HUzx1sXLWX— Ennahar TV (@EnnaharTvFr) 5 Février 2016

Aucun groupe de réfugiés n'était visible depuis la frontière où quelques véhicules de la police turque étaient stationnés dans le long couloir protégé qui fait office de no man's land entre les deux pays. «Les réfugiés sont massés au-delà de ce no man's land, dans des champs et des campements de fortune, a précisé Rami Abdel ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant