Syrie : des Irakiennes yazidies «vendues» à des combattants de l'EI

le
0
Syrie : des Irakiennes yazidies «vendues» à des combattants de l'EI
Syrie : des Irakiennes yazidies «vendues» à des combattants de l'EI

Des dizaines de femmes yazidies capturées en Irak par l'Etat islamique (EI) ont été forcées à se convertir à l'islam. Elles ont ensuite été «vendues» pour être mariées de force en Syrie à des combattants du groupe jihadiste. L'EI, qui sème la terreur dans les territoires qu'il contrôle en Irak et en Syrie, a «réparti entre ses combattants 300 filles et femmes de la communauté yazidie qui avaient été enlevées en Irak ces dernières semaines», révèle ce samedi l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

«Parmi ces 300 femmes, au moins 27 ont été 'vendues et mariées' à des membres de l'EI dans les provinces septentrionales d'Alep et de Raqa et dans celle de Hassaka (nord-est)», précise l'ONG, qui dispose d'un large réseau de sources civiles, médicales et militaires en Syrie. Et de préciser que «chaque femme a été vendue contre un montant de 1.000 dollars, après avoir été convertie à l'islam». Les Yazidis sont une communauté kurdophone non-musulmane prise pour cible dans le nord de l'Irak par l'EI qui a lancé début juin une offensive d'envergure en Irak, faisant fuir des milliers de personnes. L'ONU avait, la semaine dernière, accusé l'EI de procéder à un «nettoyage ethnique».

Par ailleurs, l'Observatoire syrien des droits de l'Homme n'était pas en mesure de confirmer si le reste des femmes ont été également vendues et mariées. Elles sont considérées comme des «prisonnières de guerre» et «sont traitées comme si elles étaient des biens matériels». Selon cette ONG, il y a trois semaines, des dignitaires arabes et kurdes de la province de Hassaka avaient tenté de libérer ces femmes en offrant de l'argent aux jihadistes sous prétexte qu'ils voulaient épouser les captives, mais le groupe extrémiste avait refusé.

700 autres femmes vendues à Mossoul

Le 12 août, le rapporteur spécial sur la liberté de religion ou de conviction de l'ONU Heiner Beilefeldt avait évoqué des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant