Syrie-De Mistura doute de la tenue de la conférence de Genève

le
0
 (Actualisé avec réaction du département d'Etat américain) 
    GENEVE, 20 janvier (Reuters) - La conférence de Genève sur 
le conflit syrien pourrait ne pas s'ouvrir lundi comme prévu, a 
reconnu l'émissaire des Nations unies, tout en invitant les 
grandes puissances à continuer à faire pression sur les 
belligérants pour les amener à la table des négociations.  
    Interrogé par CNN en marge du Forum économique mondial de 
Davos, Staffan de Mistura a reconnu qu'il ne pourrait être sûr 
de la tenue de la conférence qu'à la veille de son ouverture. Ce 
doit être un processus de paix "sérieux", a-t-il souligné, 
réclamant des gestes concrets, tels que cessez-le-feu et 
corridors humanitaires.   
    "Je pense que nous pourrons entamer les discussions, pas 
forcément le 25, mais nous devons continuer à faire pression et 
entretenir la dynamique", a poursuivi le diplomate.  
    Interrogé sur ces propos, Mark Toner, porte-parole du 
département d'Etat américain, a jugé qu'un report d'un ou deux 
jours "ne serait pas la fin du monde".  
    L'émissaire de l'Onu a par ailleurs estimé que la Russie, 
alliée de Damas, dont l'aviation pilonne les positions des 
insurgés depuis la fin septembre, n'avait pas intérêt à 
s'impliquer trop longtemps dans le conflit.  
    Evoquant la crise diplomatique entre l'Iran et l'Arabie 
saoudite, Staffan de Mistura a ajouté que Ryad et Téhéran 
"réalisent probablement que le moment est venu de trouver une 
solution politique (au conflit syrien), ce qui suppose un 
compromis".  
 
 (Stephanie Nebehay, Jean-Philippe Lefief pour le service 
français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant