Syrie : Damas accepte l'accord de trêve russo-américain, l'opposition reste circonspecte

le
0
Les forces loyales au président syrien Bachar Al-Assad portent le drapeau national après avoir reconquis des quartiers sud-est d'Alep. Cliché diffusé par l'agence officielle SANA, le 5 septembre.
Les forces loyales au président syrien Bachar Al-Assad portent le drapeau national après avoir reconquis des quartiers sud-est d'Alep. Cliché diffusé par l'agence officielle SANA, le 5 septembre.

L’organisme rassemblant les principaux représentants de la rébellion a affirmé n’avoir pas encore reçu de « copie officielle » du texte, qui prévoit l’arrêt des combats lundi.

Le régime syrien a approuvé samedi 10 septembre un accord russo-américain sur une trêve dans le pays, déchiré par cinq ans de guerre civile. Cette dernière doit débuter lundi, mais que l’opposition l’a accueillie avec circonspection.

L’accord, visant à favoriser une réduction immédiate des combats et une reprise des négociations en vue d’une transition politique, pourrait déboucher sur une coopération militaire inédite contre les djihadistes entre les Etats-Unis et la Russie, qui soutiennent des camps adverses dans le conflit.

Les violences se poursuivaient toutefois sur le terrain. Samedi, des raids aériens ont tué 58 personnes dans la ville rebelle d’Idlib, dans le nord-ouest de la Syrie, 12 civils dans les quartiers insurgés d’Alep, dans le nord, et 18 personnes dans d’autres localités de la province du même nom, a rapporté l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH). L’organisation qui n’a pas pu identifier les auteurs des frappes.

Une trêve plus efficace que la précédente Si la trêve négociée par les Américains, qui soutiennent des rebelles dits « modérés », et les Russes, alliés du président Bachar Al-Assad, débute bien lundi, elle coïncidera avec l’Aïd el-Kébir, la grande fête musulmane du sacrifice.

« Le gouvernement syrien a eu connaissance de l’ensemble de l’accord et l’a approuvé », a fait savoir samedi l’agence officielle Sana, citant des « sources informées ». Dans la soirée, les groupes rebelles n’avaient pas encore fait part de leur position mais...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant