Syrie : Damas a une semaine pour présenter la liste des armes chimiques

le
0
Syrie : Damas a une semaine pour présenter la liste des armes chimiques
Syrie : Damas a une semaine pour présenter la liste des armes chimiques

Après trois jours de pourparlers, la Russie et les Etats-Unis sont tombés d'accord ce samedi à Genève sur un plan d'élimination de l'arsenal chimique syrien qui donne une semaine à Damas pour présenter la liste de ces armes. Avec pour objectif un enlèvement de ces armes d'ici à la mi-2014. Sergueï Lavrov et John Kerry ont ainsi vaincu leurs divergences sur deux sujets-clés : l'estimation du volume d'armes chimiques détenu par Assad, et la menace de l'usage de la force, finalement acceptée par Moscou.

«Nous attendons une application stricte des exigences formulées et au cas où elles ne seraient pas appliquées le Conseil de sécurité prendrait des mesures selon le chapitre VII (NDLR : qui rend possible le recours à la force) de l'ONU», a précisé Sergueï Lavrov. Si Barack Obama s'est réjoui mais il a déclaré que les «Etats-Unis restent prêts à agir, en cas d'échec de la diplomatie». Ce pas a été salué par les capitales européennes mais rejeté par les rebelles de l'Armée syrienne libre.

Paris a salué «une avancée importante», mais a dit attendre le rapport des inspecteurs de l'ONU lundi pour arrêter sa position. Selon le secrétaire général de l'ONU, ce rapport «va conclure de manière accablante» à l'utilisation d'armes chimiques en Syrie. Mais il n'entre pas dans le mandat des inspecteurs de déterminer qui est responsable de l'attaque. Ban Ki-moon a par ailleurs accusé vendredi le président Assad de «crimes contre l'humanité».

L'accord en six points apparaît comme une véritable percée, tant les divergences initiales semblaient importantes.

>> Suivez les réactions, minute par minute :

0h21. John McCain juge l'accord désastreux. «Cet accord ne fait rien pour résoudre le véritable problème en Syrie, qui est le conflit qui a causé la mort de 110 000 personnes, chassé de leurs foyers des millions d'autres, déstabilisé nos amis et nos alliés dans la région, enhardi l'Iran et ses ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant