Syrie : comment l'Etat a négocié la libération des quatre otages

le
2
Syrie : comment l'Etat a négocié la libération des quatre otages
Syrie : comment l'Etat a négocié la libération des quatre otages

Enfin libres ! Après avoir pris dans la soirée un avion médicalisé depuis Gaziantep, ville turque proche de la frontière syrienne, les quatre journalistes français relâchés samedi matin devaient atterir en milieu de nuit à la base militaire d'Evreux (Eure) pour y effectuer des examens médicaux complémentaires (ils ont été examinés hier par un médecin militaire en Turquie) et être « débriefés » par les services de renseignement.

Attendus vers 9 heures à Villacoublay (Hauts-de-Seine), après un ultime transfert en hélicoptère, ils seront accueillis par François Hollande et Laurent Fabius à l'aéroport et pourront enfin prendre du repos, en famille.

La DGSE à la manoeuvre

Dans un pays où l'enlèvement est devenu un sport national, c'est la DGSE qui s'est chargée d'établir très rapidement un contact avec les ravisseurs. Un travail de fourmi qui a fini par payer. Capturés à des dates différentes en juin 2013, Didier François, Edouard Elias, Nicolas Hénin et Pierre Torres ont été regroupés à la fin de l'an dernier dans la région de Raqqa, à l'est de la Syrie.

Pendant leur détention, leurs employeurs et leurs familles ont reçu des preuves de vie : plusieurs témoins, directs ou indirects, ont pu donner des informations sur leur santé. « Ça n'a pas toujours été rose. Ils ont vécu une captivité très dure, assure une source proche du dossier. Là, ils paraissent en forme. En général, les ravisseurs les reboostent un peu avant de les faire sortir. »

Collaboration avec les services secrets étrangers

A Paris, la présidence de la République a géré le dossier des otages avec le ministère de la Défense. Laurent Fabius et la cellule de crise du Quai d'Orsay ont aussi été associés. François Hollande a exigé la discrétion absolue pour éviter les fuites. Mais des informations confidentielles ont été échangées avec d'autres services occidentaux pour mieux connaître les habitudes et le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • nayara10 le dimanche 20 avr 2014 à 12:13

    Livraison d'Armes en échange.CQFD

  • b.giral le dimanche 20 avr 2014 à 07:22

    c trés bien, mais faut pas que le pingouin profite de l'occasion pour s'imaginer que ça ira mieux pour lui ..........!!