Syrie : blocage de Pékin et de Moscou à l'ONU

le
0
La principale composante de l'opposition appelle à une intervention militaire.

Intense activité diplomatique à New York, sur fond de nouveaux massacres à Homs. «La mort de civils doit s'arrêter maintenant», a déclaré lundi à Ankara l'émissaire international pour la Syrie, Kofi Annan, après des entretiens, la veille à Damas, avec le président Bachar el-Assad qui n'ont rien donné.

La réunion, lundi, du Conseil de sécurité, au niveau ministériel, a une nouvelle fois mis en évidence les profondes différences entre Occidentaux et Russes sur la Syrie mais aussi sur le bilan du printemps arabe. Les chefs de la diplomatie américaine, française, britannique, russe et d'autres pays se sont retrouvés au quartier général des Nations unies pour un débat en présence du secrétaire général, Ban Ki-moon. Les Occidentaux ont condamné la répression «cynique» du régime Assad, rendue possible par le soutien de la Russie et de la Chine ; ils ont appelé, sans trop y croire, Moscou et Pékin à renoncer au blocage d'une troisième résolution, humanit

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant