Syrie: Bachar al-Assad accuse Israël de chercher à déstabiliser le pays

le
0

Le président syrien Bachar al-Assad a accusé Israël de vouloir "déstabiliser" le pays déjà miné par un conflit meurtrier opposant ses troupes aux rebelles, après un raid aérien en Syrie implicitement reconnu dimanche par l'Etat hébreu.

Sur le terrain, les violences ont fait au moins 125 morts -- 58 rebelles, 39 civils et 28 soldats -- dimanche à travers la Syrie, selon un bilan provisoire de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

A Munich, où s'est achevée dimanche une Conférence annuelle sur la sécurité, le ministre israélien de la Défense, Ehud Barak, a indirectement admis que le raid aérien mené mercredi était le fait des forces israéliennes.

"Ce qui s'est passé il y a quelques jours (...) montre que quand nous disons quelque chose, nous nous y tenons. Nous avons dit que nous ne pensons pas qu'il doit être permis que des systèmes d'arme perfectionnés soient transférés au Liban", a-t-il dit, en allusion au Hezbollah chiite, allié de Damas et bête noire d'Israël.

M. Assad a réagi en accusant Israël de vouloir "déstabiliser" et "affaiblir" la Syrie, selon des propos rapportés par l'agence officielle Sana.

Le raid aérien, qui a visé un complexe de recherche scientifique près de Damas, "dévoile le véritable rôle joué par Israël, en collaboration avec les forces étrangères ennemies et leurs agents sur le sol syrien, pour déstabiliser la Syrie et l'affaiblir", a dénoncé le président syrien.

Le New York Times a rapporté dimanche que le raid pourrait avoir endommagé le principal centre syrien de recherche sur les armes biologiques et chimiques.

Le Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, a condamné dimanche cette attaque et a accusé l'Etat hébreu de se livrer à un "terrorisme d'Etat". "Ceux qui traitent Israël comme un enfant gâté doivent s'attendre à n'importe quoi n'importe quand", a-t-il déclaré à la presse.

L'Algérie, alliée traditionnelle de Damas, a également "fermement" condamné dimanche les frappes aériennes israéliennes qu'elle estime constituer une violation du droit international, selon un communiqué du ministère des Affaires étrangères.

En Israël, des sources de sécurité ont annoncé que l'armée envisageait d'instaurer une zone tampon en territoire syrien pour empêcher des groupes radicaux de s'approcher de sa frontière sur le plateau du Golan en cas de chute du régime de M. Assad.

Samedi à Munich, l'opposition syrienne a mené pour la première fois des contacts avec les deux principaux alliés de Damas, la Russie et l'Iran, qui ont tous deux salué la volonté de dialoguer désormais affichée par la Coalition.

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Ali Akbar Salehi, a salué la décision du chef de l'opposition syrienne, Ahmed Moaz al-Khatib, de se dire prêt à un dialogue, sous conditions, avec le régime.

Samedi, son homologue russe Sergueï Lavrov avait qualifié l'initiative de M. Khatib de "pas très important" et promis des "contacts réguliers" avec l'opposition. Moscou refuse toujours un changement de régime par la force, principale divergence avec Washington qui réclame le départ de M. Assad.

L'initiative surprise de M. Khatib a fait grincer des dents parmi les opposants qui refusent catégoriquement tout dialogue avec Damas, mais dimanche, le porte-parole de la Coalition, Walid al-Bounni, a affirmé que "la majorité" de ce rassemblement soutenait cette voie.

La Coalition "espère" que Moscou fasse pression sur son allié syrien, a-t-il ajouté, en appelant la Russie à penser "à ses véritables intérêts futurs dans la région".

La Turquie, un des principaux soutiens de l'opposition, a affiché son scepticisme, le ministre des Affaires étrangères, Ahmet Davutoglu, doutant que des négociations permettent de trouver une solution au conflit qui a coûté la vie, selon l'ONU, à plus de 60.000 personnes en près de deux ans.

A Alep, la deuxième ville de Syrie, l'armée a lancé une attaque aux roquettes sur le quartier al-Ansari (sud-ouest), détruisant un immeuble de cinq étages et faisant au moins 15 morts, dont une femme et cinq enfants, selon l'OSDH.

"Des habitants sont encore ensevelis sous les décombres", a précisé cette organisation basée au Royaume-Uni et s'appuyant sur un vaste réseau de militants et de sources médicales civiles et militaires à travers le pays.

Parallèlement, la télévision officielle syrienne a annoncé qu'un ancien député, Ibrahim Azzouz, avait été assassiné avec sa femme et ses deux filles dans cette même ville.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant