Syrie : Ayrault défendra un cessez-le-feu à Alep devant le Conseil de sécurité de l'ONU

le
0
Syrie : Ayrault défendra un cessez-le-feu à Alep devant le Conseil de sécurité de l'ONU
Syrie : Ayrault défendra un cessez-le-feu à Alep devant le Conseil de sécurité de l'ONU

Au Conseil de sécurité de l'ONU samedi, ce sera le «moment de vérité» pour la Russie, alors que la France va proposer au vote une résolution qui prévoit un cessez-le-feu à Alep pour permettre un accès humanitaire et l'interdiction du survol de la ville par tous les avions militaires. C'est ce qu'a déclaré vendredi le chef de la diplomatie française Jean-Marc Ayrault après une conversation avec son homologue américain John Kerry.

 

La veille il s'était entretenu avec le ministre des Affaires étrangères russe Sergueï Lavrov à Moscou. Mais vendredi soir, la Russie a menacé de mettre son veto. «Je ne vois tout simplement pas comment nous pourrions laisser cette résolution passer», a déclaré à la presse Vitali Tchourkine, ambassadeur de Russie à l'ONU. Le ministre français défendra la résolution en personne à New York : il a «encore l'espoir que la résolution soit votée et qu'elle puisse être mise en oeuvre».

 

Kerry demande une enquête pour «crimes de guerre»

 

A Alep, la deuxième ville de Syrie sur laquelle s'abat un déluge de feu depuis le 22 septembre, «le régime a encore attaqué un hôpital et 20 personnes ont été tuées et 100 blessées. La Russie et le régime doivent au monde plus qu'une explication sur les raisons pour lesquelles ils ne cessent de frapper des hôpitaux, des infrastructures médicales, des enfants et des femmes», a tonné John Kerry, en demandant devant la presse, «une enquête adéquate (pour) crimes de guerre».

 

«Ceux qui commettent ces (actes) devront être tenus pour responsables de leurs actions», a lancé le chef de la diplomatie américaine qui a haussé le ton ces derniers jours, depuis la rupture officielle du dialogue américano-russe sur la Syrie.

 

L'ONU craint la disparition pure et simple d'une partie d'Alep

 

La Russie, qui soutient militairement l'offensive du régime contre les insurgés dans cette ville martyre et divisée du nord de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant