Syrie : au moins 82 morts et 250 blessés dans des raids du régime

le
0
Syrie : au moins 82 morts et 250 blessés dans des raids du régime
Syrie : au moins 82 morts et 250 blessés dans des raids du régime

Au moins 82 personnes, en majorité des civils, ont été tués dimanche par des frappes aériennes du régime de Bachar al-Assad sur un fief rebelle près de Damas, la coalition de l'opposition en exil dénonçant un «massacre». Cette attaque, qui a fait également 250 blessés, survient en pleine visite à Damas du responsable de l'ONU pour les affaires humanitaires.

Un photographe de l'AFP sur place a décrit l'attaque comme étant la pire qu'il ait vue à Douma, une ville située dans la région de la Ghouta orientale, principal fief des rebelles dans la province de Damas assiégé et régulièrement pilonné par les forces du régime. Il a décrit des habitants affolés emmenant dans un hôpital de fortune un grand nombre de blessés qui, faute de place, devaient parfois être soignés à même le sol. Le sol était recouvert par endroits de dizaines de cadavres alignés. Des enfants ensanglantés criaient.

Une vidéo mise en ligne dimanche par des militants montre une scène de dévastation à un carrefour où l'on peut voir des véhicules calcinés au milieu des gravats. Plusieurs façades d'immeubles se sont effondrées. L'armée de l'air a frappé Douma, une ville située à 13 km au nord-est de Damas et presque quotidiennement meurtrie par des raids aériens, principale arme du régime contre les insurgés.

A Douma, un marché populaire visé à plusieurs reprises

«Le régime a frappé six fois sur un marché populaire dans le centre de Douma et quatre fois dans les environs. Il y au moins 82 morts et plus de 250 blessés», a indiqué à Rami Abdel Rahmane, directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), une ONG qui dispose d'un large réseau de sources à travers la Syrie.

«Après la première frappe, les gens se sont rassemblés et les autres frappes ont suivi», a-t-il expliqué, précisant que de nombreux blessés se trouvaient dans un état grave. «Il s'agit d'un massacre délibéré», a affirmé M. Abdel ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant