Syrie : au moins 62 rebelles tués dans une embuscade

le
0
Syrie : au moins 62 rebelles tués dans une embuscade
Syrie : au moins 62 rebelles tués dans une embuscade

L'armée syrienne a tendu mercredi une embuscade sanglante près de Damas, tuant 62 rebelles au lendemain d'une défaite dans le nord, alors qu'Amnesty dressait un constat terrifiant sur Alep, la deuxième ville du pays.

Dimanche, Bachar al-Assad avait réitéré sa position de fermeté envers le «terrorisme», un terme qui désigne la rébellion. Le régime de Damas devait aussi faire face aux conséquences économiques désastreuses du conflit, pour la population et pour le budget de l'Etat, qui a déboursé plus d'un demi-milliard de dollars en subventions pour le secteur pétrolier laminé par le conflit.

Beaucoup de jeunes parmis les rebelles tués. Dans l'embuscade tendue à l'aube mercredi par les forces du régime près de la cité industrielle d'Adra, au nord-est de Damas, au moins 62 rebelles, essentiellement des jeunes, ont été tués selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), précisant que huit autres sont portés disparus. Une source militaire syrienne a expliqué que l'embuscade visait «un groupe terroriste appartenant au Front Al-Nosra (jihadiste) qui essayait de s'infiltrer dans la Ghouta orientale», une région agricole à l'est de Damas où sont retranchés des insurgés. «Les terroristes ont été tués et leurs armes confisquées», a ajouté la source, sans donner de bilan. Le 21 juillet, dans un accrochage identique à Adra, 49 rebelles avaient été tués.

Alep «complètement dévastée». Le conflit, qui entre bientôt dans son 29e mois, a entraîné des destructions considérables à travers le pays. Selon Amnesty International, Alep, l'ancienne capitale économique dans le nord de la Syrie, est «complètement dévastée» et ses habitants sont victimes à la fois des bombardements quotidiens du régime et des mauvais traitements de la part des rebelles. L'ONG a présenté des images satellitaires de plusieurs quartiers d'Alep avant et après l'attaque surprise des rebelles en juillet 2012 dans cette ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant