Syrie : au moins 34 morts dans un attentat suicide visant un mariage

le , mis à jour le
0
Syrie : au moins 34 morts dans un attentat suicide visant un mariage
Syrie : au moins 34 morts dans un attentat suicide visant un mariage

Un mariage dans le nord-est de la Syrie s'est transformé ce lundi soir en « noces de sang  » avec au moins 34 civils tués lorsqu'un kamikaze s'est fait exploser durant la cérémonie, d'après une source médicale et une ONG. Le groupe djihadiste Etat islamique, a revendiqué l'attaque. Une centaine de personnes ont été blessées.

Hassaké, ou s'est déroulé le drame, est contrôlée par les forces kurdes, bête noire de Daech qui combat le groupe depuis deux ans et qui l'a chassé de plusieurs fiefs. 

 

Beaucoup de blessés dans un état grave

Dans un communiqué tard en soirée, l'organisation terroriste a affirmé qu'un de ses membres a tiré sur un « grand rassemblement » de combattants kurdes à la périphérie de la ville de Hassaké, avant de faire détonner sa veste explosive. Cette revendication, qui ne fait pas référence à un mariage, évoque un bilan de « plus de 40 morts ». 

« Un kamikaze s'est fait exploser à l'intérieur d'une salle dans le village de Tall Tawil, au nord de Hassaké, où se déroulait le mariage d'un combattant des Forces démocratiques syriennes (FDS) », a indiqué le directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), faisant référence à la coalition arabo-kurde qui combat l'EI avec l'appui des Etats-Unis. 

VIDEO. Syrie : Nombreuses victimes dans un attentat suicide visant un mariage

 

Hauts parleurs carbonisés et flaques de sang

L'OSDH et l'administration semi-autonome kurde ont rapporté que le marié figurait parmi les morts. Mais un de ses cousins a indiqué que « les mariés étaient sains et saufs ». « Au moment où les mariés s'échangeaient les alliances, j'ai vu un homme vêtu d'une épaisse veste noire passer à côté de moi », a raconté Ahmad, blessé à la tête. Les médias n'ont pas été autorisés à filmer les lieux. Le correspondant de l'AFP a pu voir depuis l'entrée l'enseigne de la salle effondrée, des flaques ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant