Syrie : au moins 315 morts en quatre jours à Palmyre où l'EI recule

le , mis à jour à 00:55
2
Syrie : au moins 315 morts en quatre jours à Palmyre où l'EI recule
Syrie : au moins 315 morts en quatre jours à Palmyre où l'EI recule

Le bilan de la bataille de Palmyre ne cesse de s'alourdir. Au moins 315 personnes, en majorité des jihadistes et des soldats du régime syrien, ont péri depuis le début mercredi de l'offensive du groupe Etat islamique (EI) contre la ville abritant des ruines antiques, rapporte dimanche l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Selon cette ONG qui se base sur un large réseau de sources civiles, médicales et militaires à travers la Syrie, 123 soldats et miliciens loyalistes ont été tués, mais aussi 115 combattants de l'EI et 57 civils, dont des dizaines ont été exécutés par le groupe extrémiste.

De violents combats opposent encore dimanche les forces du régime à celles de l'EI au lendemain de la prise par ce groupe du contrôle de plusieurs secteurs de Palmyre. Selon l'OSDH, les jihadistes et les forces pro-gouvernementales tentent de gagner du terrain en tirant des obus de part et d'autre.

A l'est de Palmyre, des combats se déroulaient dimanche autour de la prison de la ville -tristement célèbre pour le massacre de centaines de détenus par le régime dans les années 1980-. Au moins 20 jihadistes ont été tués dans l'explosion d'un baril d'explosif du régime alors qu'ils tentaient d'attaquer la prison. Et au nord-est de la ville, les combats faisaient rage dans le champ gazier d'Al-Hél, où l'EI est parvenu à prendre deux positions de l'armée, selon l'OSDH et le groupe jihadiste.

Mais, d'après Talal Barazi, le gouverneur de Homs dont fait partie cette ville vieille de 2 000 ans, «l'attaque de l'EI a été avortée et les jihadistes ont été chassés des périphéries nord et Est de Tadmor (nom de Palmyre en arabe)».  L'armée syrienne aurait repris une série de sites stratégiques dont les collines, des barrages et la tour de la radio au nord-ouest de la ville. Mais les jihadistes se trouvent toujours tout autour de la ville. Ils contrôlent aussi  le village d'Arak, au nord-est de Palmyre, et ses champs ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8252219 le dimanche 17 mai 2015 à 18:33

    des civil dont des dizaines ont été ASSASSINÉES c'est le terme qu'ils faut employer pour ne pas banaliser la barbarerie

  • M940878 le dimanche 17 mai 2015 à 17:29

    pas assez !