Syrie: "Attention! Un avion russe se dirige vers vous"

le
0
Syrie: "Attention! Un avion russe se dirige vers vous"
Syrie: "Attention! Un avion russe se dirige vers vous"

Dans le nord-ouest de la Syrie, Abou Mohammad scrute le ciel et lance l'alerte par téléphone: "Attention! Un avion russe vient de décoller et se dirige vers vous".Quelques minutes plus tard, des militants locaux dans la province de Lattaquié exhortent les civils à se cacher dans des abris ou des tunnels.Abou Mohammad envoie ses messages par l'application mobile WhatsApp à un réseau de coordonnateurs civils et rebelles à travers la Syrie en guerre qui ont choisi de se faire appeler "les surveillants".Postés près des aéroports militaires, ces guetteurs du ciel utilisent des talkies-walkies pour prévenir militants, médecins et rebelles de l'imminence d'une attaque.Ils épient les routes empruntées par les avions et cherchent à intercepter les conversations de leurs adversaires afin de connaître les cibles vers lesquelles se dirigent les appareils russes et syriens.Craignant des représailles, les "surveillants" ne divulguent jamais leur nom, ni le lieu exact où ils se trouvent. Les cellules d'observation sont simplement identifiées par des numéros comme "Observateur 20" ou "Observateur côtier 3".Abou Mohammad, un nom d'emprunt, a toutefois accepté de parler à l'AFP à condition que son identité ne soit pas révélée. Sa mission, dit-il, s'est compliquée depuis le début le 30 septembre de l'intervention militaire de la Russie, qui a déployé avions et soldats sur la base militaire de Hmeimim, au sud de la ville de Lattaquié.- Talkies-walkies et minarets -Les organisations des droits de l'Homme accusent régulièrement le gouvernement de bombardements aveugles. La Russie est elle aussi pointée du doigt dans la mort de victimes civiles, ce qu'elle dément en assurant ne viser que les jihadistes du groupe État islamique (EI) et autres "terroristes".Un autre guetteur de la région de Lattaquié, Abou Amro (un nom d'emprunt), atteste que le réseau n'est pas affilié à des groupes ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant