Syrie : attentat-suicide près de Dams, risque de famine à Homs

le
0
Syrie : attentat-suicide près de Dams, risque de famine à Homs
Syrie : attentat-suicide près de Dams, risque de famine à Homs

Un attentat à la voiture piégée a fait au moins 40 morts vendredi dans la région de Damas. Le véhicule a explosé près d'une mosquée à Souq Wadi Barada, une localité rebelle à 40 km au nord-ouest de la capitale, au moment de la grande prière du vendredi. On déplore également des dizaines de blessés, dont beaucoup sont dans un état grave. Le bilan risque de s'alourdir encore considérablement, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme. L'agence Sana a, elle, annoncé que la voiture avait explosé alors que "les terroristes" étaient en train de la piéger, faisant état de plusieurs morts, des "terroristes" et des civils, parmi lesquels un enfant de 7 ans.

Combats entre kurdes et rebelles. Un poste-frontière avec l'Irak a été conquis samedi par des combattants kurdes, après des combats avec des jihadistes. Les groupes armés kurdes «ont pris le contrôle à l'aube du poste frontière d'Alyaaroubié avec l'Irak (...) après des accrochages avec l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL), le Front al-Nosra et des combattants rebelles», a indiqué l'OSDH, précisant que les accrochages se poursuivaient. Les combats ont fait plusieurs morts des deux côtés, a ajouté l'ONG. Les combattants kurdes étaient entrés dès vendredi matin dans la ville d'Alyaaroubié, que se disputaient combattants kurdes et jihadistes depuis plusieurs jours.

Pour les Kurdes comme pour les jihadistes, il est essentiel de contrôler les localités proches de la frontière avec l'Irak, car ce sont des points de passage pour les hommes et les munitions. Les Kurdes syriens sont en contact avec la région autonome du Kurdistan irakien et les jihadistes avec leurs frères d'armes puissants dans ce pays. Depuis plusieurs mois des combats opposent les jihadistes et les Kurdes pour le contrôle du nord-est de la Syrie, riche en pétrole et grenier à blé du pays.

Embuscades meurtrières. Dans la région de Damas, au moins 24 rebelles, dont ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant