Syrie : Assad s'affiche auprès de populations déplacées

le
0
Syrie : Assad s'affiche auprès de populations déplacées
Syrie : Assad s'affiche auprès de populations déplacées

Le président syrien Bachar al-Assad s'est rendu ce mercredi matin dans le centre de déplacés d'al-Doueir, dans la localité de Adra, dans la province de Damas, selon la télévision syrienne et l'agence SANA. Une photo postée sur le compte officiel Twitter de son bureau montre le chef de l'Etat parlant à des femmes et des enfants dans le centre de déplacés. La dernière apparition publique du président syrien remonte à janvier lorsqu'il avait participé à une prière dans une mosquée à Damas.

Il a «inspecté la situation des déplacés», «a écouté leurs doléances» et s'est «informé des conditions de leur séjour» dans le centre, précisent les médias officiels. «L'Etat continuera d'assurer les besoins essentiels des déplacés jusqu'à leur retour dans leurs foyers», a encore déclaré Bachar al-Assad. La ville d'Adra est située au nord-est de la capitale syrienne. Elle fut le théâtre de combats entre rebelles et forces du régime qui avaient lancé en décembre une large offensive pour en expulser les insurgés.

?????? ????? ????? ????? ???????? ?? ???? ????? ?????? ?? ???? ???? ????.

#????? #????? pic.twitter.com/vZUU2KKTmb? Syrian Presidency (@Presidency_Sy) 12 Mars 2014

Le président syrien a également redit sa détermination à poursuivre la guerre contre les rebelles. «L'Etat continuera de combattre le terrorisme et les terroristes qui ont déplacé les citoyens de leurs foyers et commis des crimes odieux», a-t-il assuré. Depuis le début du conflit, le régime désigne comme «terroristes» les insurgés qui cherchent à le renverser. Le conflit a été déclenché le 15 mars 2011 par une contestation pacifique qui, face à la répression, s'est transformée en rébellion armée.

Bachar al-Assad Assad avait annoncé en janvier à l'AFP qu'il y avait «de fortes chances» qu'il soit candidat à un nouveau mandat lors de la présidentielle prévue en principe en juin, malgré la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant