Syrie : Assad, inflexible, envisage un nouveau mandat

le
0
Syrie : Assad, inflexible, envisage un nouveau mandat
Syrie : Assad, inflexible, envisage un nouveau mandat

Inébranlable. A deux jours de la conférence de Genève II,  le président syrien Bachar al-Assad a annoncé ce lundi, dans un entretien exlusif à l'Agence France Presse, qu'il y avait de «fortes chances» qu'il brigue un nouveau mandat, excluant de confier un futur gouvernement à un opposant. Le leader douche ainsi les maigres espoirs placés dans la conférence censée réunir pouvoir et opposition pour la première fois autour d'une même table,mercredi à Montreux (Suisse), afin de trouver une issue politique au conflit qui a fait plus de 130.000 morts depuis près de trois ans

Les coulisses de l'interview

L'entretien a duré 45 minutes dans la bibliothèque du palais du peuple. Dans le palais somptueux perché sur une colline dominant la capitale, Assad, vêtu d'un costume bleu marine, est apparu souriant et décontracté. Il a confié qu'il ne vivait ni ne travaillait dans ce palais, trop vaste, préférant son bureau et son appartement en ville. Les trois premières questions-réponses ont été filmées par les services de la présidence et le photographe de l'AFP a été autorisé à prendre des photos durant l'interview.

Sur son propre avenir

«Rien n'empêche que je me porte candidat» Bachar al-Assad, 48 ans, élu par un référendum en juillet 2000, et reconduit à la tête du pays en 2007 pour un nouveau mandat de sept ans, semble prêt à se représenter au prochain scrutin, prévu en juin 2014.«Je considère que rien n'empêche que je me porte candidat (...) et si l'opinion le souhaite, je n'hésiterai pas une seconde à le faire. Bref, on peut dire qu'il y a de fortes chances que je me porte candidat», assure-t-il, alors que l'opposition exige qu'il soit écarté de toute transition politique.

«Fuir n'est pas une option». Malgré la guerre qui ravage son pays, Bachar al-Assad, qui vit à Damas avec sa femme et ses trois enfants, n'a jamais pensé à l'exil. «Fuir n'est pas une option dans ces cas-là. Je dois être ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant